Le doigté majeur de David Hamilton, depuis la musique jusqu’à la photographie

Les doigts sont, comme chacun sait, les extrémités des mains. Capitaux, donc, pour les artistes.

Combien d’expressions, aussi! Ne pas bouger un doigt, se cacher derrière un doigt, se mordre les doigts…

Je pensais aujourd’hui au doigté extraordinaire de mes pianistes préférées (Clara Haskil, Maria Grinberg, Judina…) ou à celui d’artistes qui, dans leur art (sculpture, peinture, littérature…) ont eu eux aussi une sorte de « doigté » musical.

Mais faut-il préciser musical?… Sans doute pas. Le terme de doigté fait en effet son apparition dans la langue française aux alentours du XVIIIe siècle, participe passé substantivé du verbe DOIGTER, terme musical.

Alors, dans la photographie au XXe siècle, comment ne pas remercier David Hamilton pour son extraordinaire doigté? Il faudra bien comprendre – telle est ma conviction – que c’est David Hamilton qui  a fait passer le doigté de la musique à la photographie.

Merci à vous, David Hamilton, de tout coeur.

Publicités
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s