Un monstrueux vent de haine souffle contre David Hamilton, qui est mort.

Une image de "Bilitis" (avec Lady D'Arbanville, celle de la chanson de Cat Stevens)

Une image de « Bilitis » (avec Lady D’Arbanville, celle de la chanson de Cat Stevens)

Le journal « Causeur », aujourd’hui, a eu le courage de dire – par la plume de l’un de ses journalistes – l’élémentaire vérité.

On n’a (presque) jamais vu cela, au moins récemment. Un homme – David Hamilton – qui n’a jamais été condamné pour pédophilie, est traité à titre posthume de « bourreau », de « pédophile » et de « voleur ».

Quelqu’un, en France, en 2016, peut donc ne pas mériter le respect généralement dû aux morts.

Quelqu’un, en France, peut donc mériter d’être traité de « pédophile » et de « violeur » (même pas de « violeur présumé »!) par des journaux qui, pratiquement unanimes, prennent pour argent comptant les déclarations unilatérales de Mme Flament.

Qui rend la justice en France? Les juges. Y a-t-il eu un jugement, un seul, qui condamne David Hamilton pour viol? Non.

Quelqu’un, en France, n’a pas bénéficié, vivant, de la présomption d’innocence. Quelqu’un, en France, a été insulté impunément par des journalistes de télévision, sans que le CSA ne s’en émeuve.

Quelqu’un, en France, a pu être accusé sans avoir le droit et les moyens de répondre.

Ce quelqu’un s’appelait David Hamilton.

Livre d'Alain Robbe-Grillet, l'un des plus grands écrivains français du XXe siècle

Livre d’Alain Robbe-Grillet, l’un des plus grands écrivains français du XXe siècle

Des milliers voire millions d’internautes ont déversé des tonnes de haine contre un homme seul, un vieillard de 83 ans!

Que lui reprochait-on? Ses déclarations contre les Etats-Unis? Ses déclarations contre la laideur du XXe et du XXIe siècles? Ses goûts artistiques? Sa sensibilté artistique?

Que lui reprochait-on? De ne pas appartenir aux lobbies qui comptent?

Que lui reprochait-on? De photographier des jeunes filles? De photographier des jeunes filles – qui y étaient autorisées par leurs parents – dans une époque où la chose ne choquait personne?

A la fin du XXe siècle, en France, on a assisté à des lynchages médiatiques ignobles, y compris télévisés.

Tous les lynchages médiatiques sont condamnables.

Celui de David Hamilton en est l’un des cas emblématiques.

Il faut beaucoup de courage pour lutter contre tant de haine.

David Hamilton n’avait sans doute plus la force.

Tout cela s’il s’est réellement suicidé. Pour l’heure, on n’en a pas toujours pas une certitude absolue.

Publicités
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci (les commentaires anonymes, farfelus ou incorrects, émanant de gens qui ont du temps à perdre, passent directement à la poubelle)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s