NE PAS CONFONDRE : BOKANOWSKI et NABOKOV

Michel-Maurice Bokanowski, fils de Moïse (dit Maurice) Bokanowski

Michel-Maurice Bokanowski, fils de Moïse (dit Maurice) Bokanowski

C’est… sous la pression du Home Office anglais, dit-on (et on veut bien le croire), que Gilbert Jules et Maurice Bokanowski prirent la décision (arrêt du 20 décembre 1956) d’interdire Lolita (ainsi, d’ailleurs que vingt-quatre autres livres)…

De façon étonnante, on lit sur Wikipédia (Wikipédia, le partage de l’inculture!) que Bokanowski aurait alors été « ministre de l’Intérieur ». L’erreur est répétée par des dizaines ou des centaines de sites Internet. Ils ont tout faux, Bokanowski était secrétaire d’État à l’Intérieur.

Nabokov (1973)

Nabokov (1973)

L’arrêté était signé par Jean Gilbert-Jules dit Gilbert-Jules, Ministre de l’Intérieur, et décrétait que Lolita était interdit de vente et de circulation sur le territoire français. Le Journal Officiel invoquait (on veut bien le croire) l’article 14 de la loi du 29 juillet 1881 sur la « liberté de la presse« . Amusant.

Fils de l’homme politique français et juif d’origine polonaise Moïse (Maurice depuis 1905) Bokanowski (homme politique né le 31 août 1879 au Havre et décédé le 2 septembre 1928 à Toul), le gaulliste Michel-Maurice Bokanovki était né le 6 novembre 1912 à Paris et y est décédé le 3 mai 2005.

Editions Folio

Editions Folio

Michel Maurice-Bokanowski avait aussi été un collaborateur zélé d’André Citroën de 1932 à 1937, avec lequel il partageait ses origines polonaises (qu’il suffise de rappeler qu’André Citroën était fils de Levie Bernard Citroen, diamantaire juif néerlandais émigré à Paris en 1873, et d’Amalia Kleinmann,  juive polonaise de 25 ans originaire de Varsovie).

Michel Maurice-Bokanowski avait notamment été secrétaire d’État à l’Intérieur dans le gouvernement de Michel Debré – petit-fils du rabbin Simon Debré (1854-1939) – du 8 janvier 1959 au 5 février 1960.

Lolita (Penguin Classics)

Lolita (Penguin Classics)

Juste à temps, donc cinq jours avant Noël 1956, d’accord avec Jules, pour « interdire » Lolita… que l’écrivain anglais Graham Greene avait pourtant désigné comme l’un des trois meilleurs romans de cette année 1955…

Autres temps…?

Voir aussi: https://lequichotte.wordpress.com/2016/12/29/2017-bientot-le-retour-de-maurice-michel-bokanowski-et-de-jean-gilbert-jules-dit-gilbert-jules/

Dawn Dunlap en couverture de l’édition italienne de « Photo ».

Le magazine « Quinze ans » (septembre 1979) avec un poster de Dawn Dunlap. (Laura Moore est le nom du personnage incarné par Dawn Dunlap dans Les ombres de l’été de David Hamilton).

« Lui » et « Les jeunes filles d’Hamilton au cinéma ».

 

laura-moore lui

Publicités
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s