Le coeur des filles de David Hamilton ne pouvait être qu’intolérable à l’ignominie de l’immonde monde moderne

Le livre « Le Portrait de Dawn Dunlap » commence… par un souvenir personnel de l’auteur, un souvenir qui remonte à 1969 dans la banlieue parisienne et, plus exactement, dans un « verger aux framboises« .

Photo de David Hamilton

Photo de David Hamilton

Nous trouvons très émouvantes les photos qui suivent, qui montrent le même endroit en 1923, 1949, 1957, 1960, 1961, 1962 et 1963

1923

1923

Sur chaque photo, le « verger aux framboises » est indiqué par un ovale rouge.

1949

1949

Baudelaire disait :

« Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville
Change plus vite, hélas! que le coeur d’un mortel) »…

1957

1957

C’est là, à l’endroit indiqué par un ovale rouge, qu’un verger aux framboises me donna en 1969 un souvenir (par lequel commence mon petit livre paru en 2017).

1963

1963

David Hamilton a noté – en maintes phrases de haute philosophie, je devrais dire en maintes sentences – la fugacité du temps, dont il est fort facile et très douloureux de s’apercevoir chez les jeunes filles.

1962

1962

A la fin, Baudelaire et David Hamilton ont dit la même chose.

1961-1962

1961-1962

Et ces photographies de la banlieue parisienne l’illustrent, elles aussi, démontrant la folie des hommes dans leur souci de construire et d’étendre sans cesse les villes, en détruisant la nature, tout cela par amour du pognon et sans doute aussi par amour de la laideur.

1963

1963

1960

1960

Aujourd’hui, tout cela – strictement tout – est submergé par le béton.

C’est un triste monde que celui qui détruit les villes et les jeunes filles.

C’est le monde occidental moderne et contemporain.

C’est le même monde, c’est le même immonde qui a assassiné David Hamilton, ou qui a poussé David Hamilton au suicide.

La beauté noble de David Hamilton ne pouvait être qu’intolérable à la laideur ignoble d’aujourd’hui.

Dawn Dunlap (1979)

Dawn Dunlap (1979)

DAWN DUNLAP

DAWN DUNLAP

LES ESTIVELLES, film pour la promotion de la mairie du CAP D'AGDE, 1979 (DAVID HAMILTON)

LES ESTIVELLES, film pour la promotion de la mairie du CAP D’AGDE, 1979 (DAVID HAMILTON)

a

Publicités
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s