La liberté d’esprit du plus français des écrivains suisses: Roland Jaccard.

J’ai depuis quelques années un correspondant et ami suisse, Daniel Fattore, qui est un nom désormais fort connu dans les milieux littéraires de son pays. Cet écrivain, qui est aussi éditeur d’un blog (http://fattorius.blogspot.fr), est un être de vraie culture.

Il a parlé de moi ( http://fattorius.over-blog.com/article-une-adolescence-a-marly-le-roy-62612963.html   ) en quelques occasions, et j’ose penser qu’il consacrera peut-être un article à mon Portrait de Dawn Dunlap, qui vient de paraître.

Louise Brooks

Louise Brooks

C’est ce que vient de faire aussi un autre écrivain suisse, appartenant à une génération plus ancienne, mais qu’il est à peine besoin de présenter: Roland Jaccard. Né le 22 septembre 1941 à Lausanne, Roland Jaccard est un écrivain, journaliste, critique littéraire, essayiste. Il est difficile de ne pas citer, au moins, son livre L’exil intérieur, un essai datant de 1975. Romancier, il a publié un grand nombre de titres tels que Sugar Babies, Flirt en hiver, Une fille pour l’été. En 1979, David Hamilton présentait au public ce grand film qu’est Laura les ombres de l’été. Mais c’est aussi vers 1979, si mes souvenirs sont exacts, que je lisais Le Monde, et les articles de Roland Jaccard. Ce dernier est l’auteur d’une monographie consacrée à l’actrice Louise Brooks, et il n’était donc que logique, d’une certaine façon, que son attention puisse être attirée par mon petit Portrait de Dawn Dunlap.  Et voilà, toutes les boucles se bouclent. Il a, lit-on sur Wikipédia, des « prises de position tranchées sur des questions telles que l’euthanasie, le sionisme, l’immigration ou le capitalisme ». En tout cas, ses prises de position ne sont pas toujours les miennes. Mais quelle importance? L’ennui ne naquit-il pas de l’uniformité? Un monde où tout le monde est obligé de penser la même chose n’est-il pas un monde orwellien et liberticide? Le blog de Roland Jaccard vaut le détour: https://leblogderolandjaccard.com

A mes yeux, voilà, Roland Jaccard est un être libre d’esprit. Denrée rare. Très rare. Je suis d’accord avec lui sur bien des points, comme l’euthanasie (voir: Manifeste pour une mort douce en compagnie du directeur de la Collection de l’art brut à Lausanne, Michel Thévoz). Et encore, Roland Jaccard (vidéaste, il tient depuis l’été 2013 son journal intime sur You Tube) a eu le courage, l’immense courage, d’en quelque sorte défendre David Hamilton au moyen de ses vidéos. Comment, aussi, ne pas rappeler son tout récent livre (co-signé par Marie Céhère), Une liaison dangereuse?

Voilà pourquoi j’ai désiré, ce soir, saluer deux écrivains suisses – Daniel Fattore et Roland Jaccard – et leur dire merci à tous les deux.

David Hamilton et Dawn Dunlap

David Hamilton et Dawn Dunlap

Ce serait une grande chose si les journalistes français – j’attends ou j’espère d’autres articles, d’autres réactions, d’autres témoignages – avaient le courage d’ôter leurs oeillères et de défendre la mémoire des parias, des anticonformistes véritables et, en particulier, d’un artiste injustement diffamé: David Hamilton.

O. M.

Voir aussi:

https://lequichotte.wordpress.com/2017/03/06/sur-le-blog-en-defense-de-david-hamilton-le-5-mars/

DAWN DUNLAP

DAWN DUNLAP

Publicités
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s