Les amitiés policières de Thierry Ardisson, plagiaire vieillissant de lui-même

Quel jeu joue Ardisson? Se disant « excédé » par des messages d’insultes anonymes (?) que son collègue  Bruno Masure lui enverrait, Thierry Ardisson a révélé son numéro de téléphone sur le plateau de «Salut les terriens!» : la même émission que celle durant laquelle il avait ignominieusement insulté David Hamilton…

«J’ai un scoop pour vous mais énorme. Je recevais depuis déjà quelques mois des petits SMS avec « pétasse », « t’es une conne », « va te faire enculer »», a affirmé Thierry Ardisson avant de révéler à l’antenne le numéro de téléphone de la personne qui – selon Ardisson – lui enverrait ces messages, selon lui anonymement.

Cela appelle déjà plusieurs commentaires…

  1. Si Ardisson se fait vraiment traiter ainsi, on pourrait remarquer que c’est aussi de la sorte qu’il a traité David Hamilton (âgé, rappelons-le, de 83 ans).
  2. Pourquoi des chaînes de télévision payent-elles Ardisson pour régler ses comptes personnels avec ses amis-ennemis ou ennemis-amis?
  3. Comment peut-on être assez imbu de sa personne pour appeler un « scoop » une nouvelle en vérité sans aucune importance, à savoir les messages que recevrait M. Ardisson sur son téléphone?

«Un jour j’en ai eu marre de me faire agresser jour et nuit, j’ai demandé a un ami que j’ai dans la police», a déclaré Ardisson, en désignant cette fois un ancien présentateur du JT de TF1, Bruno Masure. «Mon pauvre Bruno, tu as que cela à foutre mon gars? Mais oui je suis pétasse et je t’emmerde», a dit Ardisson.

Où l’on apprend donc que, de son propre aveu, M. Ardisson a des « amis » dans la police et qu’un ou des fonctionnaires de police l’auraient aidé: mais à quoi? Dans le cadre d’une plainte déposée? Sur ordre d’un supérieur hiérarchique ou d’un juge?…

Ou alors, doit-on comprendre qu’il existe dans « la police » un ou des fonctionnaires qui aident leur « ami » (« j’ai demandé à un ami ») et obéissent donc à Ardisson?

Que pense de tout cela le CSA? Que pense le CSA d’un monsieur qui un jour traite David Hamilton de « connard » et « d’enculé » puis qui, deux mois plus tard, récidive en prenant cette fois comme victime désignée Bruno Masure? Qui sera le prochain?

Que pense la police française d’un monsieur qui déclare à l’antenne qu’il « demande » à un « ami qu’il a dans la police »… qu’il demande quoi? A qui? Qui est cet « ami » qu’Ardisson a dans la police? Combien d’amis Ardisson a-t-il dans la police? Ces amitiés policières sont-elles compatibles avec la « déontologie journalistique »?

Qu’en pensent les employeurs d’Ardisson, qu’en pense le CSA et qu’en pense la police?

Bruno Masure a répondu à cette attaque sur Twitter. Il a affirmé n’avoir jamais envoyé ces messages à Ardisson de façon anonyme. «Mes messages à ce pauvre Ardisson étaient tout sauf anonymes ! J’ai le plus profond mépris pour ce minable … Point barre. Bonne soirée», a-t-il écrit. Effectivement, dans le monde moderne qui est celui de la surveillance de masse, envoyer des messages anonymes semble impossible.

Même à supposer que « l’ami » policier d’Ardisson lui ait appris que celui qui lui envoyait ces messages aurait été Bruno Masure,  il y a évidemment dans l’attitude d’Ardisson une violation de vie privée. On ne peut pas révéler le numéro de téléphone de quelqu’un à l’antenne. C’est au minimum une faute de goût. Les employeurs d’Ardisson l’ignorent-ils? Ardisson se croit-il tout permis?

Si Ardisson reçoit de tels messages, qu’il porte plainte. En France et dans une démocrate, on porte plainte. On ne s’adresse pas à un « ami policier » anonyme. Et quoi qu’il en soit, on ne règle pas ses comptes à l’antenne. cela, ce sont des méthodes de Far West.

Si Ardisson le veut, qu’il porte plainte contre Bruno Masure. On verra si un juge condamne Masure. Mais Ardisson n’a pas à se substituer aux juges, comme il l’a déjà fait à l’égard de David Hamilton. Ardisson n’a à condamner personne.

Je comprends que tu as la grosse tête, Ardisson. Mais on n’est pas au Far West, mon p’tit gars.

Jusqu’à présent, l’écrivaillon Ardisson avait été condamné pour plagiat. Désormais vieillissant, le plagiaire ne plagie plus que lui-même. Ardisson connaît peu de mots, me semble-t-il: « connard », « enculé », « je t’emmerde »…

Il devrait étoffer un peu son vocabulaire, le pauvre homme.

Voir:

https://lequichotte.wordpress.com/2017/03/13/sur-le-blog-en-defense-de-david-hamilton-le-13-mars/

Publicités

A propos defensededavidhamilton

Vous désirez lire les livres "Le Portrait de Dawn Dunlap" (http://bibliographienationale.bnf.fr/Livres/M10_17.h/cadre804-1.html  ) , "C'est David Hamilton qu'on assassine" (préface de Roland Jaccard) "David Hamilton suicidé... mais par qui?" * Ces trois livres ont été diffusés, la plupart sont épuisés ou en voie d'épuisement, ils se trouvent déjà dans un certain nombre de bibliothèques. Merci à ceux qui nous en ont accusé bonne réception. * Vous pouvez écrire au blog "En défense de David Hamilton" si vous souhaitez recevoir - gratuitement - un (ou plusieurs) de ces trois livres sous forme de PDF. Les règles à suivre sont élémentaires. Vous écrivez au blog, en exposant les raisons pour lesquelles vous voulez lire ces livres. Il sera répondu à certains messages - à la simple condition qu'ils ne soient pas anonymes; qu'ils n'émanent pas d'illettrés (sur le blog "En défense de David Hamilton", en effet, nous avons cette lubie parfaitement étrange de parler et de respecter une langue morte, la langue française); qu'ils soient courtois; et qu'ils ne nous donnent en rien à suspecter qu'ils proviennent d'ennemis de David Hamilton. D'autres critères pourront être retenus par nos soins. Naturellement, nous n'aurons pas à nous justifier si nous ne répondons pas. * Canal YOU TUBE Par ailleurs, nous renvoyons à notre canal YOU TUBE "En défense de David Hamilton", dont le nombre d'abonnés fluctue - vous pouvez encore vous y abonner : https://www.youtube.com/channel/UCS6eEThmk3qmh7Q9GTbGrKQ * Nous renvoyons encore une fois, inlassablement, aux textes qui suivent: "J’aimais bien David Hamilton de quelques années mon aîné, que je croisais parfois boulevard Montparnasse. Ses photos avaient bercé mon adolescence. Et personne n’y voyait rien d’obscène. Les plus grands artistes avaient travaillé avec lui et même Alain Robbe-Grillet avait signé un livre : Rêves de jeunes filles avec Hamilton dont la notoriété s’étendait au monde entier. Il y régnait un érotisme doux, presque chaste, qui n’offusquait personne. Ses films, en revanche, passaient inaperçus : le photographe avait éclipsé le cinéaste dont on retiendra néanmoins Laura ou les ombres de l’été avec Dawn Dunlap actrice à laquelle Olivier Mathieu a rendu un bel hommage dans Le Portrait de Dawn Dunlap". (Roland Jaccard, dans "Causeur") * ROLAND JACCARD https://www.causeur.fr/david-hamilton-flavie-flament-philosophie-149372 ROLAND JACCARD http://www.roland-jaccard.com/2018/02/02/david-hamilton-flament-glose/ DANIEL FATTORE : http://fattorius.blogspot.fr/2017/11/un-photographe-sous-loeil-dun-ecrivain.html DANIEL FATTORE : http://fattorius.blogspot.fr/2017/06/notes-sur-le-portrait-de-dawn-dunlap.html
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire (qui sera modéré et / ou corrigé orthographiquement avant publication), soyez courtois, évitez le hors sujet, merci. Nous ne publions pas les messages émanant d'illettrés, les messages incompréhensibles, les messages hors sujet, les messages qui n'apportent rien.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s