La ridicule présomption du pauvre Mister Berry

Un certain Charles Edward Anderson Berry, qui vient de décéder nonagénaire, était me dit-on l’auteur d’une chanson intitulée « Roll Over Beethoven », datant je crois – la chose, on en conviendra, est sans aucune importance – de 1956.

Ce vacarme plutôt obscène, évidemment devenu un succès dans le monde à l’envers, citait nommément  Ludwig van Beethoven, censé (par Mr Berry) se retourner dans sa tombe à cause de l’irruption du rock ‘n’ roll voulue, après 1945, par l’impérialisme américain.

Il était peu élégant, Mister Berry, de s’adresser à un défunt – et en outre à un génie universel – en lui parlant à l’impératif et en lui conseillant donc que son sommeil mortuaire soit troublé.

Que Mr Berry et ses admirateurs (puisqu’il en a) se rassurent, le sommeil de Ludwig Van Beethoven ne peut pas être troublé. Certainement pas par lui.

Les petites cacophonies américano-modernes ne l’ont pas réveillé. Entendant cette bouillie sonore et ces paroles ineptes, je pense que Beethoven se serait contenté de sourire.

On peut en dire autant de David Hamilton et de ses petits ennemis. Nul ne se souviendra d’eux d’ici quelques années.

*********************

Voir:

https://lequichotte.wordpress.com/2017/03/19/sur-le-blog-en-defense-de-david-hamilton-24/

Publicités
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s