David Hamilton, pour toujours au Mont Parnasse sous la protection des nymphettes et des muses

Il y a bientôt quatre mois de cela, le 25 novembre 2016, le corps de David Hamilton était (dit-on) retrouvé sans vie, au 41 boulevard du Montparnasse, dans le sixième arrondissement de Paris, dans l’immeuble de neuf étages où il habitait. Un immeuble plutôt modeste, notons-le tout de suite (où, selon nos informations, le prix du m² au 41 bd. est approximativement de 9 509 €, il s’agit d’un prix moyen).

Situé boulevard DU Montparnasse (et non pas, comme l’écrit fautivement la presse, « boulevard Montparnasse » ou « boulevard de Montparnasse ») dans le quartier Notre Dame des Champs (les numéros impairs appartiennent en effet à ce quartier du 6e arrondissement) , à moins de trois cents mètres de la station de métro « Montparnasse Bienvenue », l‘immeuble comporte vingt-quatre logements (pour une superficie totale de 1826 m²) et cinq locaux d’activités (946 m²).

C’est un immeuble plutôt récent (construit après 1950, hasardons-nous). Autrefois, sauf erreur de notre part, Eugène Casalis, entre 1830 à 1832, avait vécu à cette même adresse. Voici le portrait de Casalis.

Lors de la mort de David Hamilton, à peut-être une exception près, les autres habitants des lieux sont restés vraiment  très discrets au sujet de ce décès.

On ignore toujours avec certitude, de la sorte, par qui le corps a (ou aurait) été découvert: celui d’un vieux monsieur de 83 ans, désormais pas très riche, et retrouvé « avec un sac de plastique sur la tête » ET « la porte ouverte »…?

Comment? Un homme qui craignait pour sa vie, insulté par la haine anonyme des internautes, retrouvé avec un sac sur la tête et la porte ouverte, on n’a pas pu « établir la date de sa mort »?

Curieusement, je trouve, voilà donc un vieux monsieur qui:

  • un mois plus tôt, disait craindre pour sa vie et qui se serait ensuite suicidé;
  • que l’on a retrouvé mort et du décès duquel la presse a donné des versions ridiculement contradictoires;
  • dont l’acte de décès annonce qu’on n’a pas pu (sic) déterminer le moment du décès: et donc de deux choses l’une, ou bien l’enquête a été très mal faite, ou alors l’acte de décès a été rédigé d’une façon scandaleuse ou surréaliste;
  • David Hamilton dont on retouve toujours, quatre mois après sa mort, les coordonnées sur Internet, avec la liste de tous ses voisins: voir https://www.annuairetel247.com/hamilton-david-paris-bd-montparnasse ethttps://nuwber.fr/person/9752460  ; ce qui signifie que David Hamilton avait tellement peu d’amis, ou qu’il n’avait pas d’avocats, bref personne pour faire (par exemple) supprimer son adresse de l’annuaire après sa mort!?


Les trois Grâces, 1763, Charles André Van Loo

Reste le plus important peut-être: David Hamilton, mort boulevard du Montparnasse, dort désormais sous la protection des nymphes et des muses de la mythologie grecque, et peut-être sous celle de la nymphette Bilitis (puisque Montparnasse provient de l’expression « mont Parnasse », la résidence des Muses).

Les trois grâces 1799, par Jean-Baptiste Regnault 1754-1829, musée du Louvre.

En ce qui nous concerne, nos enquêtes à Paris se poursuivent et entre autres nous irons, si besoin, interroger les voisins du grand photographe. Et pas seulement cela…

Nous devrions aussi publier, prochainement, un gros livre où il sera question des circonstances de  la mort de David Hamilton – et de beaucoup d’autres choses.

***************

https://lequichotte.wordpress.com/2017/03/23/sur-le-blog-en-defense-de-david-hamilton-29/

Publicités

A propos defensededavidhamilton

Vous désirez lire les livres "Le Portrait de Dawn Dunlap" (http://bibliographienationale.bnf.fr/Livres/M10_17.h/cadre804-1.html  ) , "C'est David Hamilton qu'on assassine" (préface de Roland Jaccard) "David Hamilton suicidé... mais par qui?" * Ces trois livres ont été diffusés, la plupart sont épuisés ou en voie d'épuisement, ils se trouvent déjà dans un certain nombre de bibliothèques. Merci à ceux qui nous en ont accusé bonne réception. * Vous pouvez écrire au blog "En défense de David Hamilton" si vous souhaitez recevoir - gratuitement - un (ou plusieurs) de ces trois livres sous forme de PDF. Les règles à suivre sont élémentaires. Vous écrivez au blog, en exposant les raisons pour lesquelles vous voulez lire ces livres. Il sera répondu à certains messages - à la simple condition qu'ils ne soient pas anonymes; qu'ils n'émanent pas d'illettrés (sur le blog "En défense de David Hamilton", en effet, nous avons cette lubie parfaitement étrange de parler et de respecter une langue morte, la langue française); qu'ils soient courtois; et qu'ils ne nous donnent en rien à suspecter qu'ils proviennent d'ennemis de David Hamilton. D'autres critères pourront être retenus par nos soins. Naturellement, nous n'aurons pas à nous justifier si nous ne répondons pas. * Canal YOU TUBE Par ailleurs, nous renvoyons à notre canal YOU TUBE "En défense de David Hamilton", dont le nombre d'abonnés fluctue - vous pouvez encore vous y abonner : https://www.youtube.com/channel/UCS6eEThmk3qmh7Q9GTbGrKQ * Nous renvoyons encore une fois, inlassablement, aux textes qui suivent: "J’aimais bien David Hamilton de quelques années mon aîné, que je croisais parfois boulevard Montparnasse. Ses photos avaient bercé mon adolescence. Et personne n’y voyait rien d’obscène. Les plus grands artistes avaient travaillé avec lui et même Alain Robbe-Grillet avait signé un livre : Rêves de jeunes filles avec Hamilton dont la notoriété s’étendait au monde entier. Il y régnait un érotisme doux, presque chaste, qui n’offusquait personne. Ses films, en revanche, passaient inaperçus : le photographe avait éclipsé le cinéaste dont on retiendra néanmoins Laura ou les ombres de l’été avec Dawn Dunlap actrice à laquelle Olivier Mathieu a rendu un bel hommage dans Le Portrait de Dawn Dunlap". (Roland Jaccard, dans "Causeur") * ROLAND JACCARD https://www.causeur.fr/david-hamilton-flavie-flament-philosophie-149372 ROLAND JACCARD http://www.roland-jaccard.com/2018/02/02/david-hamilton-flament-glose/ DANIEL FATTORE : http://fattorius.blogspot.fr/2017/11/un-photographe-sous-loeil-dun-ecrivain.html DANIEL FATTORE : http://fattorius.blogspot.fr/2017/06/notes-sur-le-portrait-de-dawn-dunlap.html
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire (qui sera modéré et / ou corrigé orthographiquement avant publication), soyez courtois, évitez le hors sujet, merci. Nous ne publions pas les messages émanant d'illettrés, les messages incompréhensibles, les messages hors sujet, les messages qui n'apportent rien.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s