Contre tous les lynchages médiatiques et contre celui de David Hamilton

Nous sommes de ceux qui pensent que la liberté d’expression ne se marchande pas. Si tu m’interdisais de dire que le Père Noël n’existe pas, cela reviendrait à dire que tu m’obliges à dire qu’il existe. Que resterait-il, dès lors, de la liberté d’expression? Et de la liberté tout court?

Lynchage

Que le père Noël existe ou pas, d’ailleurs, le principe de base de la liberté serait de permettre à qui que ce soit de penser, de dire ou de croire à son existence ou à sa non existence.

Journal d’époque

Nous sommes, sur ce blog, de l’avis que tous les lynchages sans exception aucune, quand ils sont effectués par une foule haineuse (hier) ou par une meute d’internautes (aujourd’hui) et qu’ils prennent pour cible et pour victime un individu isolé, ces lynchages sont ignobles.

Les débats ne devraient jamais se régler par les coups et par la violence. Celui qui se réfugie dans la violence verbale ou physique démontre pratiquement son absence d’arguments face à celui qui, s’exprimant avec calme, dialogue.

Quoi que soit accusé d’avoir fait un homme (voir le journal parlant du lynchage de « trois criminels »), c’est à la justice de le juger. Parfois la justice n’est pas sereine et juste: mais une foule ne l’est jamais.

Lynchage de trois « criminels » supposés

David Hamilton, nous l’avons dit souvent, devait AUX TERMES DE LA LOI bénéficier de la présomption d’innocence.

Les lynchages médiatiques sont aussi laids, lâches et vils que les lynchages des temps du Far West. On aurait espéré que ces pratiques demeurent des pratiques américaines.

Les journalistes ne devraient pas être juges et partie. Ce ne devrait pas être aux journalistes et aux « animateurs » de téloche d’entrer dans des débats historiques, philosophiques ou littéraires dont ils ne savent rien. (Ou dans des questions de « culpabilité » d’un individu, quand cet individu se trouve accusé par un / une journaliste ou animateur / animatrice de téloche).

Ce ne devrait pas être aux journalistes et aux « animateurs » de téloche d’insulter et de juger, de condamner, d’entraîner dans des guet-apens leurs invités… ou de traiter de noms ignominieux un vieil homme de 83 ans qui s’appelait David Hamilton, qui n’avait jamais été condamné à quoi que ce soit et pour quoi que ce soit.

Voir:

http://www.causeur.fr/hamilton-fiona-sauvage-justice-41396.html

Voir

https://lequichotte.wordpress.com/2017/03/27/sur-le-blog-en-defense-de-david-hamilton-40/

Publicités
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s