Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski a toujours davantage de défenseurs que David Hamilton…

C’est presque drôle.  Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski, qui semble obsédé par l’idée de mettre les pieds aux Etats-Unis,  aurait présenté une « demande » afin de recevoir « l’assurance » de pouvoir s’y rendre « sans être menacé d’emprisonnement ». A moi, il me semble vaguement curieux de s’adresser à la justice d’un pays étranger pour demander, d’avance, des « garanties » de ce genre.

Le faiseur de films en question, rappelons-le, a drogué et violé une mineure, alors âgée de treize ans. Ses copains journalistes ou du monde du cinoche protestent contre « cette affaire qui le poursuit depuis quarante ans ». Ma foi, si depuis quarante ans il ne voulait pas que l’affaire le « poursuive », il pouvait prendre l’avion et aller voir pourquoi donc on le poursuivait. Comme ça on aurait même sans doute arrêté de le poursuivre, après lui avoir rappelé le cas échéant et au moins par devoir de mémoire qu’il avait drogué puis violé une fille de treize ans en 1977.  II y a des gens qui semblent scandalisés parce que leur poteau pourrait être arrêté s’il revenait sur le sol américain, mais à quoi s’attendent-ils? A ce qu’on lui décerne un César ou un Oscar de la bonne conduite? Une décoration?

Un certain Harland Braun, avocat de Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski, a affirmé au tribunal de Los Angeles que ce monsieur de 83 ans (tiens, comme David Hamilton) avait déjà « purgé sa peine ». Diantre, j’oubliais, il a fait 42 jours de placard, 42 jours remarquez pour un viol ça ne fait pas cher du viol.

Et bref, Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski aurait annoncé qu’il voulait « revenir aux États-Unis pour mettre fin à l’affaire ». C’est amusant, on croyait qu’en principe c’est la justice qui met un terme aux affaires, pas l’accusé qui pose ses conditions. Parce que, voilà, Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski veut bien revenir aux Etats-Unis mais… seulement « à condition d’avoir l’assurance de ne pas être arrêté à son arrivée ».

Un juge américain a rétorqué qu’il n’y avait « pas de base suffisante ou convaincante pour réexaminer ces questions ». Et le même juge a écarté l’hypothèse de discussions « sur des questions sensibles concernant l’affaire Polanski jusqu’à ce qu’il ne soit présent physiquement au tribunal ».

On ne comprend pas bien, en effet, pourquoi il serait autorisé à Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski ce qui est interdit à Julian Assange quand celui-ci demande à être entendu, mais pas en Suède (qui risquerait de l’extrader aux Etats-Unis), au sujet d’une autre affaire de « viol ».

A part que Julian Assange nie (tout comme l’a fait David Hamilton avant de mourir) avoir commis le moindre viol, tandis que le sieur Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski avait plaidé coupable de « rapports sexuels illégaux » en échange, déjà, de l’abandon des charges de viol, de sodomie et de fourniture d’alcool et de drogue à une fiille de treize ans, en accord avec un juge qui lui avait de la sorte démontré déjà beaucoup de mansuétude. Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski avait passé 42 jours en détention avant d’être relâché sous caution, autre mansuétude. En 1978, le faiseur de films s’était alors planqué en France.

Curieusement, quand il s’agit de Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski, qui a plaidé coupable de viol par sodomie d’une enfant de treize ans prélablement droguée, il ne manque pas de défenseurs. Aucune de ces grandes âmes, en revanche, n’a dit un mot pour David Hamilton qui, jamais condamné à rien, a  toujours rejeté les accusations portées contre lui. Trente ou quarante ans ont passé dans les deux cas, mais, en ce qui concerne David Hamilton, trente ans avaient passé entre aujourd’hui et des faits présumés, tandis que dans le cas de Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski, quarante ans ont passé entre aujourd’hui et des faits avérés, pour lesquels l’accusé a plaidé coupable avant de se soustraire à la justice américaine sous caution: c’est peut-être sa caution que Rajmund Thierry Liebling dit Roman Polanski veut récupérer?

Voir:

https://lequichotte.wordpress.com/2017/04/04/sur-le-blog-en-defense-de-david-hamilton-52/

Advertisements
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci (les commentaires anonymes, farfelus ou incorrects, émanant de gens qui ont du temps à perdre, passent directement à la poubelle)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s