Requiem pour David Hamilton: résignation et sérénité

Double hommage à David Hamilton (né le 15 avril 1933)

et à Richard Strauss (les Métamorphoses, 12 avril 1945)

*

Dans quelques jours, on sera le 15 avril, jour de la naissance de David Hamilton (15 avril 1933).

En ce premier avril sans David Hamilton, la musique que je suggère d’écouter est celle des Metamorphosen (titre allemand original), en français Métamorphoses, œuvre magnifique et poignante écrite pour 23 instruments à cordes par Richard Strauss, achevée le 12 avril 1945. Il s’agit de l’une des toutes dernières partitions du génie allemand de la musique du XXe siècle, alors déjà octogénaire: et comment ne pas songer à David Hamilton, mort – dans les circonstances tragiques que l’on sait – à l’âge de 83 ans?… Richard Strauss, lui, est mort à 85 ans.

Les 23 instruments du chef-d’oeuvre de Strauss sont dix violons, cinq altos, cinq violoncelles et trois contrebasses, soit cinq quatuors à cordes et trois contrebasses. La première eut lieu le 25 janvier 1946, sous la direction de Paul Sacher, à la tête du Collegium Musicum de Zurich, et donc dans un pays qui avait été  épargné par la seconde guerre mondiale, déclarée en septembre 1939 par la France et par l’Angleterre, et qui s’était achevée moins d’un an avant.

Karajan et Strauss (1941)

L’un des thèmes principaux est une allusion au thème de la « Marche funèbre » de la Symphonie n° 3 de Beethoven, cité explicitement en hommage à la fin de la partition sous la mention In Memoriam !

Statue (Arno Breker): voir ensuite, plus bas, la statue de « Laura les ombres de l’été »

Voilà aussi pourquoi je propose de ré-écouter (pour certains, peut-être de découvrir) cette oeuvre, en hommage à David Hamilton.

Strauss a composé ici – qu’il suffise de songer au contexte historique – un chef d’oeuvre de résignation mais aussi de sérénité.  La même résignation qui saisit, la même sérénité qui envahit les civilisations, les artistes, les êtres qui meurent après avoir vécu. Rien ne pourra abîmer ce qui a été; rien ne pourra détruire les souvenirs des jeunesses belles; rien ne pourra effacer la jeunesse éternelle émanant de l’oeuvre de David Hamilton.  Rien ne pourra effacer  l’Eternel féminin aimable aux grands sculpteurs, aux grands peintres, aux grands photographes du passé.

Nymphe de D. Hamilton

Ecoutons donc les Métamorphoses de Strauss. Ecoutons aussi la marche funèbre de la Symphonie héroïque de Beethoven, comme pour mieux nous souvenir de David Hamilton et de la nature mortelle des hommes, des génies et des grandes civilisations. David Hamilton, lui aussi, a capitulé; mais le plus tard possible et à l’âge vénérable de 83 ans.

C’est bien à cela que me porte à songer l’oeuvre de Richard Strauss, écrite sur les  ruines d’une Europe dévastée par la guerre, dans un monde horrifié par les bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagazaki. En ce temps-là, David Hamilton était un petit garçon londonien de douze ans…

Laura les ombres de l’été

Aujourd’hui qu’il a quitté ce monde, sa résignation et sa sérénité demeurent: y compris à travers la beauté de ses jeunes filles en fleurs.

Publicités

A propos defensededavidhamilton

Vous désirez lire les livres "Le Portrait de Dawn Dunlap" (http://bibliographienationale.bnf.fr/Livres/M10_17.h/cadre804-1.html  ) , "C'est David Hamilton qu'on assassine" (préface de Roland Jaccard) "David Hamilton suicidé... mais par qui?" * Ces trois livres ont été diffusés, la plupart sont épuisés ou en voie d'épuisement, ils se trouvent déjà dans un certain nombre de bibliothèques. Merci à ceux qui nous en ont accusé bonne réception. * Vous pouvez écrire au blog "En défense de David Hamilton" si vous souhaitez recevoir - gratuitement - un (ou plusieurs) de ces trois livres sous forme de PDF. Les règles à suivre sont élémentaires. Vous écrivez au blog, en exposant les raisons pour lesquelles vous voulez lire ces livres. Il sera répondu à certains messages - à la simple condition qu'ils ne soient pas anonymes; qu'ils n'émanent pas d'illettrés (sur le blog "En défense de David Hamilton", en effet, nous avons cette lubie parfaitement étrange de parler et de respecter une langue morte, la langue française); qu'ils soient courtois; et qu'ils ne nous donnent en rien à suspecter qu'ils proviennent d'ennemis de David Hamilton. D'autres critères pourront être retenus par nos soins. Naturellement, nous n'aurons pas à nous justifier si nous ne répondons pas. * Canal YOU TUBE Par ailleurs, nous renvoyons à notre canal YOU TUBE "En défense de David Hamilton", dont le nombre d'abonnés fluctue - vous pouvez encore vous y abonner : https://www.youtube.com/channel/UCS6eEThmk3qmh7Q9GTbGrKQ * Nous renvoyons encore une fois, inlassablement, aux textes qui suivent: "J’aimais bien David Hamilton de quelques années mon aîné, que je croisais parfois boulevard Montparnasse. Ses photos avaient bercé mon adolescence. Et personne n’y voyait rien d’obscène. Les plus grands artistes avaient travaillé avec lui et même Alain Robbe-Grillet avait signé un livre : Rêves de jeunes filles avec Hamilton dont la notoriété s’étendait au monde entier. Il y régnait un érotisme doux, presque chaste, qui n’offusquait personne. Ses films, en revanche, passaient inaperçus : le photographe avait éclipsé le cinéaste dont on retiendra néanmoins Laura ou les ombres de l’été avec Dawn Dunlap actrice à laquelle Olivier Mathieu a rendu un bel hommage dans Le Portrait de Dawn Dunlap". (Roland Jaccard, dans "Causeur") * ROLAND JACCARD https://www.causeur.fr/david-hamilton-flavie-flament-philosophie-149372 ROLAND JACCARD http://www.roland-jaccard.com/2018/02/02/david-hamilton-flament-glose/ DANIEL FATTORE : http://fattorius.blogspot.fr/2017/11/un-photographe-sous-loeil-dun-ecrivain.html DANIEL FATTORE : http://fattorius.blogspot.fr/2017/06/notes-sur-le-portrait-de-dawn-dunlap.html
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire (qui sera modéré et / ou corrigé orthographiquement avant publication), soyez courtois, évitez le hors sujet, merci. Nous ne publions pas les messages émanant d'illettrés, les messages incompréhensibles, les messages hors sujet, les messages qui n'apportent rien.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s