De Léonard de Vinci à Léonard David Hamilton…

David Hamilton n’aimait pas les jeans, Internet,

la « globalisation » notre époque.

(Nous non plus).

Léonard de Vinci

Extraits d’un entretien de David Hamilton, paru dans la presse.

Il n’aime pas les jeans, internet et notre époque. N’aurait jamais pu être reporter de guerre. Voudrait sortir un parfum qu’il appellerait « La première fois ». Trouve qu’on n’a rien inventé en photo depuis 1920, qu’on s’excite sur la technique et non plus sur le talent. Dans une semaine, Hamilton aura 78 ans.

29 Juin 1995

Vous qui avez passé votre vie à saisir la frontière entre l’enfance et l’adolescence, vous n’avez pas trop de mal à vieillir ?
So far, so good. Jusqu’ici tout va bien. Vous savez que je suis né le même jour que Leonardo Da Vinci ? D’ailleurs, mon premier prénom est Leonard. Et on est tous les deux gauchers. Mais lui était gay.

David Hamilton

Et tous les deux des génies ?
Ah… C’est clair que j’ai inventé quelque chose. Mais c’est une technique tellement simple, je n’ai jamais vraiment compris la photo. Tout ce que je sais faire c’est appuyer sur « programme » et « lumière du jour ». Tout vient de là. Pas de flash, rien. C’est la même lumière que les peintres. C’est dans le dictionnaire : lumière hamiltonienne.

Léonard de Vinci (Louvre)

Plus la touche romantique ?
Surtout. Le naturel. La douceur. Comme la palette d’un peintre. Rien de dur ou de contrasté. Les gens ont tenté de me copier mais ils ne trouvent pas la matière première : les filles.

Photo de David Hamilton (presse italienne, années 1980)

Justement, en pleine vague de jeunisme, vous n’avez jamais eu envie de changer un peu ?
Oh mais j’ai réalisé les portraits officiels de la famille royale du Danemark et de la famille Marcos aux Philippines. Ce ne sont pas franchement de jeunes gens.


Mais jamais de mannequins, en revanche.
Jamais. Elles sont trop rodées. Aujourd’hui, elles viennent toutes de Russie et il faut les dénicher très vite avant les autres méchants loups. (…)

Les trois grâces 1799, par Jean-Baptiste Regnault 1754-1829, musée du Louvre.

A presque 40 ans…
Mais la beauté, c’est une seule chose : l’ossature. Et si on a quelque chose entre les oreilles, tant mieux. (…)
Vos tout jeunes modèles, c’était toujours des Suédoises ?
Des Scandinaves, des nordiques, Copenhague, Stockholm et même l’Allemagne, la Hollande, jusqu’en Belgique. Après, c’est le Sud. (…)

Balthus

On vous imagine comme Hugh Heffner avec une armée de vestales prépubères qui vous font du vent, vous apportent à boire…
Pas du tout ! Je vis comme un moine défroqué. Un ermite. Heffner, je l’ai rencontré dans un club à Chicago avec une bande de vieux bunnies fatigués. C’était triste, faux. Pourtant il n’y avait rien de plus innocent que Playboy. Ce n’est pas érotique, c’est retouché à mort. Mais c’est fini tout ça. Les gens ont trouvé mieux. Ou pire.

Photo de David Hamilton parue dans la presse anglaise, 1980.

Vous voulez dire qu’il n’y a plus de place pour l’érotisme ? Qu’on passe directement au porno ?
Oh oui, on a perdu quelque chose. Un de mes bouquins s’appelle L’âge de l’innocence. Aujourd’hui, c’est la fin de l’innocence. En vingt ans, avec tous les scandales, le monde a tellement changé. J’ai eu les meilleures années, 70-80, avant le sida, avant la globalisation qui accélère et accentue tout.

Les trois grâces, par Raphaël Sanzio 1483-1520, musée Condé Chantilly.

Heureusement vous, vous avez fourni des fantasmes pour plusieurs générations…
Nous sommes trois. Il y a Balthus le peintre. Nabokov l’écrivain. Et moi. On a un thème commun mais il est aujourd’hui interdit. Heureusement que j’ai pu faire ce que je voulais dans le passé.

ENTRETIEN AVEC DAVID HAMILTON

http://archives.lesoir.be/a-l-8217-ombre-des-jeunes-filles-en-flou_t-20110408-01CD4P.html

Photo David Hamilton

Publicités

A propos defensededavidhamilton

Vous désirez lire les livres "Le Portrait de Dawn Dunlap" (http://bibliographienationale.bnf.fr/Livres/M10_17.h/cadre804-1.html  ) , "C'est David Hamilton qu'on assassine" (préface de Roland Jaccard) "David Hamilton suicidé... mais par qui?" * Ces trois livres ont été diffusés, la plupart sont épuisés ou en voie d'épuisement, ils se trouvent déjà dans un certain nombre de bibliothèques. Merci à ceux qui nous en ont accusé bonne réception. * Vous pouvez écrire au blog "En défense de David Hamilton" si vous souhaitez recevoir - gratuitement - un (ou plusieurs) de ces trois livres sous forme de PDF. Les règles à suivre sont élémentaires. Vous écrivez au blog, en exposant les raisons pour lesquelles vous voulez lire ces livres. Il sera répondu à certains messages - à la simple condition qu'ils ne soient pas anonymes; qu'ils n'émanent pas d'illettrés (sur le blog "En défense de David Hamilton", en effet, nous avons cette lubie parfaitement étrange de parler et de respecter une langue morte, la langue française); qu'ils soient courtois; et qu'ils ne nous donnent en rien à suspecter qu'ils proviennent d'ennemis de David Hamilton. D'autres critères pourront être retenus par nos soins. Naturellement, nous n'aurons pas à nous justifier si nous ne répondons pas. * Canal YOU TUBE Par ailleurs, nous renvoyons à notre canal YOU TUBE "En défense de David Hamilton", dont le nombre d'abonnés fluctue - vous pouvez encore vous y abonner : https://www.youtube.com/channel/UCS6eEThmk3qmh7Q9GTbGrKQ * Nous renvoyons encore une fois, inlassablement, aux textes qui suivent: "J’aimais bien David Hamilton de quelques années mon aîné, que je croisais parfois boulevard Montparnasse. Ses photos avaient bercé mon adolescence. Et personne n’y voyait rien d’obscène. Les plus grands artistes avaient travaillé avec lui et même Alain Robbe-Grillet avait signé un livre : Rêves de jeunes filles avec Hamilton dont la notoriété s’étendait au monde entier. Il y régnait un érotisme doux, presque chaste, qui n’offusquait personne. Ses films, en revanche, passaient inaperçus : le photographe avait éclipsé le cinéaste dont on retiendra néanmoins Laura ou les ombres de l’été avec Dawn Dunlap actrice à laquelle Olivier Mathieu a rendu un bel hommage dans Le Portrait de Dawn Dunlap". (Roland Jaccard, dans "Causeur") * ROLAND JACCARD https://www.causeur.fr/david-hamilton-flavie-flament-philosophie-149372 ROLAND JACCARD http://www.roland-jaccard.com/2018/02/02/david-hamilton-flament-glose/ DANIEL FATTORE : http://fattorius.blogspot.fr/2017/11/un-photographe-sous-loeil-dun-ecrivain.html DANIEL FATTORE : http://fattorius.blogspot.fr/2017/06/notes-sur-le-portrait-de-dawn-dunlap.html
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire (qui sera modéré et / ou corrigé orthographiquement avant publication), soyez courtois, évitez le hors sujet, merci. Nous ne publions pas les messages émanant d'illettrés, les messages incompréhensibles, les messages hors sujet, les messages qui n'apportent rien.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s