Ma sensibilité.

« A l’annonce des résultats, il n’y a pas de cris de joie. Même si Emmanuel Macron a d’ardents supporteurs – et non des moindres – parmi les juifs français », écrit Libération. Et le même journal, dans le même article, poursuit: « En plein cœur du Marais à Paris, Radio Shalom, plutôt à gauche sur l’échiquier des médias juifs, organise dimanche soir sa soirée électorale dans une jolie cour discrète de la rue des Rosiers ».
«L’élection présidentielle de 2017 a suscité beaucoup d’inquiétudes parmi les juifs français. L’important ce soir, c’est d’être ensemble», a dit (toujours cité par Libération)  Haïm Musicant, président des Amis de Radio Shalom.

Curieux, je me demande ce qui se passerait si une radio communautaire musulmane ou bouddhiste, en France, organisait une telle petite soirée dans une « jolie cour discrète », et si les journalistes français, à commencer par ceux de Libération, s’y rendraient pour donner un écho aux menus propos des uns et des autres. Mais revenons à l’article de Libération. « L’angoisse a singulièrement monté avec la poussée de Jean-Luc Mélenchon », y apprend-on. Si l’on comprend bien, donc, le « président des Amis de Radio Shalom » (qui se situe « plutôt à gauche », selon Libération), qui semble s’imaginer parler au nom de tous les juifs de France (mais l’on ne croit pas que tous les juifs de France soient forcément d’accord avec Radio Shalom), était défavorable à Mélenchon, candidat de gauche.

« Le scénario d’un deuxième tour entre la candidate du Front national et celui de La France insoumise était le cauchemar absolu pour une grande partie des juifs français ».  Diantre! Le cauchemar absolu!

Libération nous explique alors que, « explicitement, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Francis Kalifat, avait appelé à faire barrage à l’un et à l’autre. Plus discrètement, le grand rabbin de France, Haïm Korsia, réputé proche d’Emmanuel Macron, avait fait de même ».

Je me demande bien, ici encore, ce qui se passerait si des présidents de quelque « conseil représentatif des institutions musulmanes ou des institutions bouddhistes de France » se permettait de s’ingérer dans les affaires politiques en appelant à faire « barrage » aux uns et aux autres…

Heureusement, il n’y a pas que des cauchemars. Libération nous parle aussi des rêves de cette communauté religieuse. Ecoutons: « Le rêve d’une élimination de Marine Le Pen s’envole vite, comme celui d’un affrontement (souhaité) entre Macron et Fillon ».

Tout ça… «Au fond, ce n’est pas une question de droite ou de gauche. Mais de sensibilité…» déclare – cité par Libération –  le codirecteur de Radio Shalom, Bernard Abouaf.

Allez comprendre! Le président d’une radio commnautaire « située à gauche » mais qui ne veut ni du gauchiste Mélenchon ni de Le Pen (qui, à eux deux, représentent 40 % des électeurs) finit par avouer (après le premier tour) que tout ce cirque, « ce n’est pas une question de droite ou de gauche »…

De quoi donc est-ce une question? Diantre, je me creuse les méninges… Une question de « sensibilité » ! Je veux mon n’veu!

*

Le résultat de Pon-Pon n’a rien d’historique, par ailleurs. 22% des voix ne lui ont pas consenti d’être en tête au premier tour. Contrairement aux espoirs (cocorico!) de la dame Pon-Pon. Et contrairement à ce que radotaient les sondages. Non, le Front national n’est pas « le premier parti de France ».

Les résultats du FN sont médiocres et l’appui de… Christine Boutin ne va pas peser lourd.

De même, Pon-Pon n’est nullement à mes yeux la « représentante de la défense des identités », comme on cause politiquement correct aujourd’hui en France. Quelles identités, au demeurant? A dire vrai, je n’ai pas besoin de Pon-Pon (tout comme je n’ai pas besoin de Macron) pour connaître et défendre la seule identité qui m’intéresse, la mienne.

 

Le programme de Pon-Pon et celui de Macron sont médiocres et ridicules.

Je n’ai personnellement besoin – question de sensibilité, la mienne – ni du mondialisme de Macron, ni du souverainisme de Florian Philippot qu’a pas d’pot, ni des racontars identitaires et de l’inculture de Pon-Pon, ni des sermons des amis de Radio-Shalom.

On est en démocratie, égalité etc, et j’ai donc également le droit d’exprimer la mienne, de sensibilité.

Merci à tous, M’sieurs Dames.

Publicités
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s