De quoi diable s’est rendu coupable Roland Jaccard?

Une vidéo sur David Hamilton, en hommage au grand photographe

De quoi s’est rendu coupable Roland Jaccard?

Réfléchissons. Le fameux écrivain vient de publier (aujourd’hui) une vidéo où il annonce son intention, face à la « censure » des « flics », de cesser de publier ses vidéos sur You Tube.

Un canal qu’il avait ouvert le 3 AOUT 2010: il y a donc presque dix ans.

Un canal qui a 524 abonnés pour un total de 943,597 visites.

Pourquoi, alors, fermer aujourd’hui son canal?

De quoi s’est rendu coupable Roland Jaccard?

Je vais vous le dire.

Il ne s’est pas rendu coupable de publier des vidéos sur David Hamilton, ce qu’il faisait depuis plusieurs mois voire plusieurs années.

Il s’est rendu « coupable » d’avoir publié, il y a deux mois environ (28 février 2017) la vidéo que voici :

En effet, par cette vidéo, Roland Jaccard se rendait coupable de publier une vidéo où il disait du BIEN d’un livre d’Olivier Mathieu.

En effet, par cette vidéo, Roland Jaccard se rendait coupable de publier une vidéo par laquelle il faisait, indirectement, de la publicité (8000 visites en deux mois…)  à un livre d’Olivier Mathieu.

Or voilà, répétez-le aux petits enfants, aux jeunes filles à la sortie des lycées, et aux personnes de 80 ans aussi, il ne faut pas dire du bien d’Olivier Mathieu!

Allez comprendre pourquoi. Les journalistes ont reçu – il y a très longtemps – l’ordre de ne pas parler des livres d’Olivier Mathieu. Serviles, ils obéissent, le doigt sur la braguette du pantalon.

Les journalistes, quand ils reçoivent en revanche l’ordre de parler des livres d’Olivier Mathieu, reçoivent l’ordre d’en dire du mal.Y compris, chose probable, s’ils ne les ont pas lus. Ou, chose certaine,  s’ils ne les ont pas compris.  Serviles, ils obéissent, le doigt sur la braguette du pantalon.

Une toute pareille « loi du silence » frappe ceux qui ont l’idée tellement farfelue de dire du bien d’Olivier Mathieu: par exemple mon éditeur Jean-Pierre Fleury, pourtant docteur en sociologie de l’Université de Nantes. Ou encore, plus récemment, le cinéaste Sébastien Guillet. Et quelques autres.

Mais là, c’était Roland Jaccard. C’était sur You Tube. 8000 visites en deux mois pour « Le portrait de Dawn Dunlap », et 8000 visites, c’est là je crois l’un des meilleurs résultats de Roland Jaccard sur You Tube, voire le meilleur.

Alors, évidemment, là, ça n’allait plus. Les journalistes ont reçu des ordres, il faut les suivre, ils les suivent et les précèdent. Olivier Mathieu – allez savoir pourquoi – n’a aucun talent. Il ne peut avoir aucun talent. Il ne faut pas parler de lui. Surtout pas. Chut. Il ne faut surtout pas donner au public l’envie de le lire. On pourrait s’apercevoir qu’il a  du talent littéraire. Pire encore, qu’il a davantage de talent littéraire que tous les illettrés qui, depuis quarante ans, raflent les prix littéraires: tous truqués et tous offerts aux suceurs de bite du conformisme.

Il ne faut pas que ça se sache. Et si j’excepte Jean-Pierre Fleury ou Sébastien Guillet, et quelques autres encore (je pourrais ajouter par exemple Phrère Jac, pseudo d’un écrivain situationniste parisien), la plupart de mes autres « amis » se planquent, eux aussi. Ils pètent de trouille. Artistes ou pseudo-artistes, ils ont peur!

PEUR y compris de faire de la pub à mes livres (qu’ils disent pourtant apprécier) auprès de leurs propres amis ou de leurs tout petits publics. De pauvres types, voilà ce que c’est. Et qui, en général, reçoivent mes livres (en cadeau, j’insiste), ne m’offrent pas les leurs… et surtout ne consacrent pas à mes oeuvres deux lignes, par exemple sur leurs blogs. Blogs où ils se répandent pourtant en efforts pour sucer la bite à toutes les merdes littéraires, grosses ou petites, publiées par les « grands » éditeurs. Tout récemment encore, un blog d’extrémistes de droite a republié un article publié il y a vingt ans, contre moi, par une petite merde extrémiste de droite. Mais je ne réponds plus à de telles merdes.

David Hamilton

Revenons à Roland Jaccard. Dix ans après avoir ouvert son canal You Tube, il le ferme par une vidéo qui parle de censure et montre longuement la couverture de mon livre « Le portrait de Dawn Dunlap« . Il ne me semble donc pas énoncer une hypothèse absurde si je suppose que « quelqu’un » a dénoncé Roland Jaccard.

Il ne me semble donc pas énoncer une hypothèse absurde si je suppose que « quelqu’un » a fait oeuvre de délation contre Roland Jaccard. Cette délation que l’on espérait extirpée (ne rappelle-t-elle pas « les heures les plus sombres de l’Histoire de France », comme récite la formule consacrée?) et qui, en vérité, est devenue aujourd’hui une censure technologique où n’importe quel abruti peut « dénoncer », faire oeuvre de « justicier » et « avertir » You Tube- par exemple – que sur une vidéo on voit (grands Dieux!) un bout de sein!

Un bout de sein! Un scandale, Madame Michu!

 

Publicités
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s