Le plus sinistre 10 juin des années 1940, Saint Censure, la police de la pensée et David Hamilton

Aucun 10 juin ne mérite, absolument aucun, que je m’en souvienne davantage que le 10 juin 1949, je crois, qui fut en effet le jour de la sortie du roman à la fois génial et sinistre (que certains définissent « de science-fiction », mais qui s’avère un roman parfaitement réaliste) « 1984 », oeuvre de George Orwell.

Le livre, dit-on, décrit une société « totalitaire » (???) où rien n’est censé échapper au regard d’un chef appelé « Big Brother ». On dit qu’il faille y reconnaître Staline.

Moi, je sais juste qu’en 1984, le monde soviético-communiste vivait ses derniers jours, mais que Big Brother était en pleine forme, comme allaient nous l’enseigner fort rapidement les bouffons et pantins du monde « démocratique » (???), Bush, Zuckerberg et compagnie pas belle.

Voilà aussi pourquoi j’ai parlé hier de Saint(e) Censure.

Les « criminels de la pensée », chez Orwell, sont exécutés d’une balle dans la nuque, après que leur « folie » a été guérie.

La balle dans la nuque, pour David Hamilton, a-t-elle été remplacée par un « sac de plastique »?

Publicités
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s