Les enfants doivent sucer le lait républicain dès les écoles: par Danton, Madame la secrétaire d’Etat, je voudrais que vous sussiez quelque chose

 

Voilà, Monsieur le président Macron, Madame la Secrétaire d’Etat, et Madame la spécialiste du viol Flavie Flament, ce que je voudrais aujourd’hui que vous sussiez.

http://la-conjugaison.nouvelobs.com/du/verbe/savoir.php

Le gouvernement Macron? J’ai envie de m’exclamer « si c’est Macron c’est point carré », pour paraphraser ce que disait (m’a-t-on rapporté)  le premier mari de ma grand-mère, que je n’ai jamais connu, qui n’était presque certainement pas mon grand-père génétique mais qui était, je pense bien, un sacré abruti.

« Cicéron c’est Poincaré », disait ce crétin, et ça le faisait beaucoup rire. Pas mal d’humoristes contemporains rigolent beaucoup, eux aussi, des propres conneries qu’ils débitent à la télé et à la radio.

Une secrétaire d’État de Macron-qui-n’est-pas-Poincaré a défini ses « priorités ».  Parmi lesdites priorités, cette dame, qui pour la toute petite Histoire s’appelle Mme Schiappa, on trouve – je cite – la « lutte contre le harcèlement de rue ».

La dame Schiappa souhaite que les « policiers de proximité qui seront recrutés au cours du quinquennat » – un emploi d’avenir ? –  verbalisent et condamnent à des amendes « immédiates » les actes dits « sexistes » (harcèlement, injures). Elle veut par exemple que « toutes les politiques d’urbanisme comportent un volet concret de prévention des violences sexuelles et sexistes ».

Il y a des choses qui m’échappent. Je prends un exemple.

La phrase « Je voudrais que tu susses quelque chose » est une phrase parfaitement correcte, grammaticalement correcte. Conforme à la grammaire française de 2017. En d’autres termes, il n’y a à mon sens évidemment aucun délit à s’adresser à une passante et à lui dire: « Je voudrais que tu susses quelque chose ».

Il convient que les banlieues le sachent (et le gouvernement Macron peut-il ne pas souhaiter que l’on améliore le niveau des banlieues en langue française?) : il n’y a évidemment aucun délit à s’adresser à une passante et à lui dire: « Je voudrais que tu susses quelque chose ».

Il ne faut pas tutoyer les inconnues? Fort bien.

La phrase « Je voudrais que vous sussiez quelque chose » est une phrase parfaitement correcte, grammaticalement correcte. conforme à la grammaire française de 2017. En d’autres termes, il n’y a à mon sens aucun délit à s’adresser à une passante et à lui dire: « Je voudrais que vous sussiez quelque chose ».

Si un jour un policier de « proximité » souhaitait me « verbaliser », dans l’hypothèse où je dise « je voudrais que vous sussiez quelque chose » à une passante, il faudrait porter devant les tribunaux la question suivante :

1 Comment un policier de proximité peut-il démontrer que le verbe que j’ai utilisé (« susses », « sussiez ») ne serait pas l’imparfait du subjonctif du verbe savoir?

2 Comment une dame ainsi apostrophée  peut-elle démontrer que le verbe que j’ai utilisé (« susses », « sussiez ») ne serait pas l’imparfait du subjonctif du verbe savoir?

3 Le gouvernement Macron – qui est un gouvernement très important et dont on imagine d’avance la trace profondissime qu’il laissera dans l’Histoire – aurait-il par exemple l’intention de supprimer l’imparfait du subjonctif de la conjugaison du verbe « savoir » ?

4 Le gouvernement Macron sera-t-il le premier gouvernement où quelqu’un pourra subir une condamnation pour avoir employé l’imparfait du subjonctif du verbe « savoir »?

5 Un policier de proximité (niveau présumé, BEPC) aura-t-il le droit de me « verbaliser » si moi, qui ai reçu une voix à l’Académie française, j’emploie l’imparfait du subjonctif du verbe « savoir » ?

Si c’est rond c’est point carré et si Danton avait raison en affirmant avec une grande lucidité républicaine que « c’est dans les écoles nationales que l’enfant doit sucer le lait républicain » alors voilà, Monsieur le président Macron, Madame la Secrétaire d’Etat, et Madame la spécialiste du viol Flavie Flament, ce que je voulais aujourd’hui que vous sussiez.

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s