Un entretien au sujet de David Hamilton et de « C’est David Hamilton qu’on assassine »

  • Bonjour Olivier Mathieu, certains de vos lecteurs attendent certainement votre prochaine publication, une « plaquette » sur David Hamilton.
  • Ce n’est pas une publication de moi! C’est une publication due exclusivement à Jean-Pierre Fleury. Je n’y ai pas participé, ou alors de si loin que cela revient au même. Ma collaboration s’est limitée à consentir l’insertion, dans cette plaquette, d’un poème qui a notamment déjà été publié dans un livre de moi, datant de 2010.
  • Vous pouvez nous parler de cette plaquette?
  • Je sais qu’elle contient aussi quelques textes d’ores et déjà présents dans mon livre « C’est David Hamilton qu’on assasine« . J’ai bien insisté afin que ces textes soient repris sous la même forme dans cette plaquette, puisque je leur avais apporté quelques indispensables corrections typographiques et autres. J’espère que mes conseils auront été suivis… Enfin, je peux dire que pour la plaquette en question, j’ai fourni de très jolies illustrations, à savoir des oeuvres originales d’une jeune femme, artiste peintre, du Sud de la France. Mais je ne connais pas vraiment l’imprimeur qui publie la plaquette, ou plus exactement j’ai malheureusement eu dans le passé à en constater l’amateurisme. Je ne sais donc pas de quelle façon ledit imprimeur reproduira les illustrations que j’ai fournies. Je ne suis intellectuellement responsable que des livres dont je réalise moi-même la maquette, dans les locaux professionnels que met à ma disposition depuis 2006 un imprimeur aussi sérieux que compétent. Et cet imprimeur n’a rien à voir avec celui où, en revanche, sera imprimée cette plaquette.
  • C’est fort clair. Revenons à David Hamilton. J’ai lu votre livre « C’est David Hamilton qu’on assassine », êtes-vous satisfait des articles qui y ont été consacrés par la presse ou sur Internet?
  • Considérant la pauvre époque dans laquelle nous vivons, considérant aussi la nullité germanopratine ambiante, je ne m’attendais certes pas – pour une multitude de raisons – que ce livre, sulfureux par maints aspects, puisse plaire à la critique littéraire contemporaine, qui en général est une critique dénuée de sens critique, qui n’a plus rien de littéraire, et qui fait de la pseudo-critique littéraire sous capote, sous condom, sous vide.
  • Il y a quand même eu des réactions?
  • Oui, il y a eu quelques réactions, par exemple celles de Jean-Pierre Fleury, docteur en sociologie de l’Université de Nantes, sur le blog qu’il gère.
  • Il le gère de façon strictement autonome par rapport à vous, n’est-ce pas?
  • Absolument. C’est un blog avec lequel je suis très souvent – notez bien, je n’ai pas dit : toujours – d’accord. Depuis des mois, les deux blogs publient conjointement les articles sur David Hamilton.
  • Exclusivement ceux-là?
  • Oui, exclusivement ceux-là, à de rares exceptions près.
  • D’autres réactions, à part celles de Jean-Pierre Fleury?
  • Je suis généralement assez écoeuré mais aussi amusé par l’attitude frileuse de certains de mes amis (ou, bis ripetita placent, supposés tels) qui, pour des raisons assez fumeuses qui remontent parfois,  je crois, à des événements survenus il y a plus de trente ans,  chient littéralement dans leur froc à l’idée de révéler qu’ils lisent ou apprécient mes livres… J’ai donc eu, enfin, la bonne et excellente surprise de voir qu’un jeune vidéaste, qui s’appelle Sébastien Guillet, a publié récemment sur son site un très grand nombre d’article au sujet de mes livres consacrés à David Hamilton. Il a aussi publié une vidéo, qui s’appelle « L’été n’arrive qu’une fois » (une vidéo publiée à la fois sur You Tube et sur le site personnel de Sébastien Guillet, auquel je renvoie: http://sebguillet.fr/2017/ete-arrive-une-fois-deuxieme-film/).
  • Et puis, il y a Roland Jaccard…!
  • Roland Jaccard a publié une vidéo consacrée au livre « C’est David Hamilton qu’on assassine« , livre qu’il a d’ailleurs préfacé, comme vous savez. Il a aussi réalisé une très jolie vidéo sur « David Hamilton rencontre Dawn Dunlap« .
  • Vous attendez d’autres articles?
  • Ma foi, je me serais attendu à ce que d’autres de mes amis (ou supposés tels, et dont certains font si j’ai bien compris profession de s’adonner à la critique littéraire…) aient l’excellente idée – dois-je dire: le courage ? – de consacrer, sur leurs sites ou sur leurs blogs, des articles à mes deux livres sur David Hamilton, dont je vous rappelle les titres Le portrait de Dawn Dunlap ( http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb45239061h   ) puis C’est David Hamilton qu’on assassine. Cela dit, je n’exclus pas que diverses publications, dans l’avenir, parlent de ces deux livres. Je pense en particulier à une revue trimestrielle française, et j’espère que ce sera dans un avenir relativement proche.
  • Le blog « En défense de David Hamilton » va-t-il continuer à exister?
  • Mais oui, je pense que oui!… Et tôt ou tard, il apportera aussi de nouvelles révélations…
  • Un article à conseiller en particulier?
  • Non, mais si je devais en indiquer un, il y a celui-ci, récemment publié également  sur les sites de J.P. Fleury et  de Sébastien Guillet: http://sebguillet.fr/2017/mort-david-hamilton-qui-profite-crime/
  • Avez-vous d’autres livres en vue?
  • Cela dépend surtout de mon éditeur, Jean-Pierre Fleury. Mais pourquoi pas, en effet?
  • Espérons!… D’autres projets?
  • Comme vous savez sans doute, un de mes amis, « Phrère Jac« , que je connais depuis 1989 environ, a collaboré à mon livre « C’est David Hamilton qu’on assassine« . Phrère Jac est un écrivain, un personnage situationniste. Créée en juillet 1957 à la « Conférence de Cosio di Arroscia », en Italie, l’Internationale situationniste est née il y a soixante ans.  Si l’on veut bien se souvenir que l’un des chevaux de bataille du Situationnisme fut  l’utilisation du calembour comme arme politique, tournant en dérision la culture et la société bourgeoises, on voit tout de suite une première filiation entre le situationnisme et moi-même. Il y en a d’autres! Par exemple dans tout ce qu’il y eut dans le situationnisme de volonté critique à l’égard de la société du spectacle.
  • Et donc?
  • Et donc, il est possible, voire infiniment probable, que Phrère Jac et moi-même  soyons présents à Cosio di Arroscia, en Italie, pour le soixantième anniversaire de l’IS, la fameuse Internationale situationniste dissoute en 1972. Personnellement, je suis très curieux de voir combien d’intellectuels – français ou autres –  on rencontrera à Cosio di Arroscia, à la fin du mois de juillet 2017…
  • N’importe qui peut se dire situationniste, n’est-ce pas?
  • En effet. Mais si quelqu’un connaît mon oeuvre, ma personne et ma pensée (au sujet desquelles l’article qui m’est consacré dans Wikipédia est en revanche un ramassis d’approximations, d’andouilleries conformistes et de crétineries) il y a peu de gens qui, par leur pratique réelle,  soient réellement plus situationnistes que moi. Puisque ma vie, comme le situationnisme, repose sur la critique permanente et le dépassement. Chose fort amusante, fort ludique – ludique comme par exemple le furent ou le sont mes candidatures situationnistes à l’Académie française – je placerai le 50e anniversaire de l’Internationale situationniste, quant à moi, sous l’égide de David Hamilton!…
  • Très drôle, en effet!… Merci pour cet entretien et je ne vais certes pas dire « bonnes vacances » à un situationniste…
  • C’est logique. N’ayant jamais travaillé, ce qui était un enseignement du situationnisme (à part que moi, je l’ai mis en pratique, contrairement aux situationnistes eux-mêmes)  la notion de « vacances » est un concept qui m’est inconnu. Le seigneur donne vacance à ses serfs. Je ne fais pas partie de cette confrérie.

Publicités
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s