« Le tombeau de David Hamilton », une brochure publiée par Jean-Pierre Fleury

Une des illustrations de la brochure.

Jean-Pierre Fleury vient de publier, sans recourir cette fois à ma collaboration, une petite brochure sur David Hamilton. Il y a inséré un de mes poèmes, datant de 2010, et je l’en remercie.

Ma collaboration à cette brochure s’est pour ainsi dire arrêtée là.

*

Je viens de recevoir aujourd’hui la brochure, intitulée Le tombeau de David Hamilton, publiée sous la responsabilité de Jean-Pierre Fleury. J’en dirai quelques mots, avec ma sincérité habituelle.

La couverture de cette plaquette de 24 pages agrafées ne porte pas de nom d’éditeur, peut-être est-ce dommage, encore que l’on trouve sur la page de garde la mention d’un imprimeur roumain.

De gustibus non est disputandum, disaient à très juste titre les Anciens. Il n’entre donc certes pas dans mes intentions de discuter des goûts des uns ou des autres, mais personnellement je suis certain que Jean-Pierre Fleury aurait pu faire réaliser une couverture plus belle. Certes, le tableau de la couverture (inspiré par une photo de David Hamilton, magnifique, celle de deux fillettes qui cherchent des coquillages sur une plage) est fort beau et, me semble-t-il aussi, assez correctement reproduit d’un point de vue technique. Cela dit, ceux qui recevront et liront cette plaquette ne comprendront sans doute pas – par exemple – l’utilité de la bande noire qui occupe toute la couverture, des deux côtés de l’ouvrage (alors que le format du livre est d’ores et déjà de petites dimensions). Toujours pour en rester à une première impression, cette couverture est en couleurs et à mes yeux il est donc étrange de constater que les deux photographies de format dissemblable – et dont l’une est hélas assez mal cadrée – représentant David Hamilton soient en noir et blanc. N’eût-il pas été plus logique d’insérer, sur une couverture en couleurs, seulement des photos en couleurs? Tout cela ne fait en tout cas qu’aviver mes regrets de n’avoir pas pu m’occuper moi-même de la maquette de ce livre, et de ce livre, pour lequel je n’ai pu donner, et encore à distance, que de trop rares conseils.

L’excellent Jean-Pierre Fleury a certainement fait comme à son habitude beaucoup d’efforts – et j’ignore dans quelle mesure les petits défauts qu’un oeil exercé pourrait observer ici sont le fait de l’imprimeur – mais la même remarque vaut un peu pour tout l’ouvrage. Le titre même (« Hommage à David Hamilton, pour tout ce qu’il nous a donné de beau à contempler, méditer et rêver« ), sans doute sympathique en ce qu’il est inspiré par un indéniable amour pour l’oeuvre de David Hamilton, appellerait peut-être quelques remarques grammaticales (dans la mesure où il me semblerait plus opportun d’écrire « de beau sur quoi méditer » et pas de beau à méditer).

Le sentiment que me donne toute la maquette est qu’il y a ici, disons, un peu de fouillis dans la mise en pages: avec des textes qui se succèdent et s’imbriquent d’une façon surprenante, un peu trop amatoriale et, en tout cas, selon des règles typographiques assez peu conformes aux habitudes généralement observées.

 Quant au contenu de la brochure, il s’agit de quelques textes dont la plupart  ont déjà été publiés dans mon récent livre « C’est David Hamilton qu’on assassine ». Curieusement, et devrais-je dire, malencontreusement, les textes de Sébastien Guillet et d’Agnès Degrève que j’ai publiés il y a quelques semaines – sous une forme correcte – ont été insérés, cette fois, avec des fautes et des fautes de frappe qui, hélas, sautent aux yeux d’un puriste. Il est certes un rien curieux que les mêmes textes soient publiés, à peu de semaines de distance, sous des formes diverses.

Au milieu de la brochure, un cahier photographique de huit pages présente des illustrations diverses (certaines sont disposées… verticalement!), par exemple une carte postale de David Hamilton, des reproductions de tableaux, deux photographies de David Hamilton choisies avec beaucoup de goût, deux jolies natures mortes (dont l’une que je ne connaissais d’ailleurs pas). Ou encore cinq photographies en noir et blanc dont on peut seulement regretter que leurs légendes soient présentées d’une façon désordonnée, « page 15 » (en effet, contrairement à toutes les règles que je connaissais jusqu’ici de la typographie et de l’édition, même le cahier d’illustrations est numéroté)!

Après un poème de Jean-Pierre Fleury, pp. 19-20, poème déjà publié sur le blog « En défense de David Hamilton », la plaquette s’achève par un texte en prose, non signé, ou par plusieurs textes (pp. 22-24) où l’on retrouvera sans doute l’habituelle façon de Jean-Pierre Fleury.

Enfin, dans une pochette collée sur la couverture, est joint un DVD sur lequel Jean-Pierre Fleury, si j’ai bien compris, a effectué une sorte de compilation de photos et de vidéos, trouvées sur Internet, autour du thème de David Hamilton. Je n’ai pas encore consulté ce DVD, mais je le ferai certainement dès que possible, au plus tard à la fin de cet été.

29 juin 1995

 En définitive tout ceci me rappelle combien l’édition est un art et demande un très long apprentissage, chose que la vie m’a enseignée en ce qui me concerne depuis des dizaines d’années.

Je regrette donc un petit peu de n’avoir pas suggéré quelques conseils de plus à Jean-Pierre Fleury, ou alors qu’il ne les ait pas suffisamment écoutés et qu’il ait donc fait, pour cette brochure, des choix qui n’auraient certes pas été les miens. Mais c’est sa brochure, certes, et pas la mienne!

La plupart des abonnés du blog « En défense de David Hamilton » recevront prochainement, je pense, la brochure.

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s