Quand certains rient, sur You Tube, d’un homme mort à 83 ans: David Hamilton

Depuis très peu de jours, on trouve sur You Tube – il s’agit donc d’une vidéo parfaitement publique – une vidéo où Flavie Flament s’entretient avec deux interlocuteurs. « Flavie Flament débat avec Raphaël Enthoven et Hadi Rizk, professeur de philosophie spécialiste de Sartre », lit-on en guise de présentation à ladite vidéo.

J’engage tous mes amis, tous mes lecteurs, tous mes abonnés à la regarder, la vidéo de ce « débat ».

Flavie Flament explique par exemple que, parfois, la victime se mue en bourreau, en « bourreau de son bourreau ».

Elle explique aussi qu’elle avait « tout préparé » et que son attitude lors de l’Affaire David Hamilton répondait à une « stratégie« , et qu’elle était préméditée, « étage après étage« .

Ce dont on ne peut guère douter quand on voit l’extrême soin qui semble avoir été apporté, jour après jour, dans cette stratégie (19 octobre 2016, sortie du « roman » La Consolation; 22 octobre 2016, insultes prononcées par Thierry Ardisson en présence de Flavie Flament; novembre 2016, nomination de Flavie Flament à la tête d’une mission ministérielle; 22 novembre, décision de David Hamilton de porter plainte en diffamation; trois jours plus tard, 25 novembre 2016, mort de David Hamilton, 25 novembre qui est aussi le jour de la « Journée pour l’élimination des violences contre les femmes », puisqu’on le retrouvera semble-t-il chez lui, un « sac de plastique » sur la tête et « la porte ouverte »).

Je dois dire que jamais, je crois, on n’a vu – au moins dans une époque récente – des gens qui, comme ici Flavie Flament et ses amis, rient (et se réjouissent visiblement) de la mort d’un homme de 83 ans, et publient leurs rires sur Internet (You Tube).

Je me demande bien de quelle autorité l’un des interlocuteurs de Flavie Flament dit et répète que le suicide de David Hamilton serait forcément un « aveu de sa culpabilité », car il me faut ici encore une fois répéter qu’en effet le suicide est un acte très difficile à interpréter, comme le savent d’ailleurs, j’ose le supposer,  tous les psychologues ou les psychiatres.

Je me demande bien de quelle autorité Flavie Flament peut déclarer que l’oeuvre de David Hamilton serait « du début à la fin une mascarade ».  Opinion qui lui appartient et qu’elle est libre d’avoir; mais je pense quant à moi qu’il s’agit d ‘une oeuvre d’une beauté extraordinaire qu’aucun homme de goût ne peut ignorer. Une telle beauté serait une « mascarade »?

Photo David Hamilton

David Hamilton

Tendres cousines, affiche de film

Par ailleurs, Flavie Flament déclare que David Hamilton se serait suicidé avec un « sac de supermarché« .

S’agissait-il  vraiment d’un sac de supermarché?… Ma foi, il faudrait poser la question aux enquêteurs et aux personnes qui ont découvert (ou qui sont censées avoir découvert son corps).

En tout cas, je ne sais pas ce qui permet à Flavie Flament d’affirmer que ce serait un sac de supermarché et pas, par exemple, un sac poubelle ou tout autre sac.

D’ores et déjà, alors que même l’acte de décès (un document officiel!) de David Hamilton affirme que le jour de sa mort a été impossible à établir, on déduit des affirmations à la presse de Flavie Flament en personne qu’elle connaît l’heure de sa mort.

Selon ses déclarations dans cette vidéo, maintenant on pourrait déduire aussi qu’elle connaît la nature exacte du sac de plastique au moyen duquel David Hamilton se serait suicidé.

Cette vidéo continue-t-elle à faire partie de quelque « stratégie » de Flavie Flament?

J’appelle mes amis, mes lecteurs, mes abonnés à regarder cette vidéo, à la faire voir, et j’appelle mes amis écrivains, mes amis avocats, tous mes amis à attirer l’attention sur leurs blogs – si tel est leur désir – sur cette incroyable affaire.

J’appelle mes abonnés à laisser des commentaires sur ce blog. Je remercie la personne qui m’a communiqué aujourd’hui l’existence de cette vidéo.

Je rappelle en tout cas que dès 2017 j’ai publié un livre, préfacé par Roland Jaccard, qui s’appelle « C’est David Hamilton qu’on assassine« . Un titre inspiré, comme on voit, de Gilbert Cesbron.

Roland Jaccard

Je rappelle que l’écrivain Roland Jaccard a consacré (https://wp.me/P89w8Z-1gH   )  d’innombrables vidéos à mes travaux.

Sur Roland Jaccard: https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Jaccard

Je rappelle que l’avocat Régis de Castelnau vient de parler de l’affaire David Hamilton:

http://www.vududroit.com/2018/01/flavie-flament-lexploitation-dune-affaire-de-memoire-recuperee/

*

De la vidéo de Flavie Flament et de ses deux interlocuteurs, on apprend et on déduit que le présumé « bourreau », David Hamilton, était en réalité beaucoup plus faible que la supposée « victime ».

Il est fort probable que cela corresponde à la réalité. David Hamilton en effet n’était plus qu’un vieillard de 83 ans, malade et seul, et pauvre.

C’est aussi pour cela que je demande et suggère à mes amis de collaborer, de façon indépendante bien sûr, mais  utilement et activement aux travaux du blog « En défense de David Hamilton ».

Une certitude, et il est bon que chacun le sache: l’affaire David Hamilton n’est pas finie…

Car je rappelle que je publie, dans quelques jours, un livre intitulé : « David Hamilton suicidé… mais par qui?« …

Un de mes amis, Yvan, vient de m’envoyer le commentaire qui suit :

Naturellement, la compassion dont je suis capable se dirige vers les victimes. Ce que je vois là, dans cette vidéo, me la fait porter sur David Hamilton.
J’ignore si David Hamilton est coupable de crimes ou de délits… mais rien n’est prouvé en ce sens jusqu’à présent (et comme l’a fait noter le blog « En défense de David Hamilton », l’action publique est éteinte).

En revanche je sais que son œuvre n’a rien d’une « mascarade ».

Si Flavie Flament prétend être une victime  de David Hamilton, ce dont il est permis de douter, elle avoue en être le « bourreau » (jusqu’à quel point!?), ce dont il n’est plus permis de douter.

De plus, un « bourreau » exerçant avec préméditation.

Si une chose me pose question, c’est bien le désir sinon le plaisir de vengeance qui émane de cette femme. Comment pourrait-on nourrir un tel ressentiment à l’égard d’un individu?

Comment peut-elle parler de sa volonté vengeresse avec cette sorte d’euphorie qui fait transparaître une cruauté glaçante?
S’il était avéré que David Hamilton ait été coupable de ce dont on l’accuse, alors je le réprouverais (lui et non son œuvre), s’il était avéré que Flavie Flament ait été sa victime alors je compatirais (pour elle; car son œuvre…).

Mais il s’avère que Flavie Flament se veut en « bourreau », alors je la réprouve.
Quant à ses deux interlocuteurs de cette vidéo, qui l’accompagnent avec une sorte de délectation…

Si David Hamilton est innocent alors tout ceci est détestable et monstrueux.

(Yvan)

 

 

 

 

Publicités

A propos defensededavidhamilton

On est prié de demander une autorisation explicite et écrite AVANT de republier, sur Internet ou ailleurs, des articles de ce blog. Toute republication effectuée sans autorisation n'a pas notre consentement.
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Quand certains rient, sur You Tube, d’un homme mort à 83 ans: David Hamilton

  1. Cette vidéo m’a été signalée ce soir par une personne qui lit le blog « En défense de David Hamilton ».
    J’en profite d’ailleurs pour la remercier. Elle peut d’ailleurs m’écrire soit par des commentaires sur mon blog, soit par courriel, si elle le désire.

    Quant à votre commentaire, vous avez fort raison de souligner : « Selon Flavie Flament, David Hamilton se servait de sa célébrité à elle pour faire peur à ses autres victimes ! »…

    En attendant, tout cela me confirme que j’avais raison de publier (le livre est actuellement à l’imprimerie parisienne, il arrive dans quelques jours) un nouvel ouvrage, intitulé « David Hamilton suicidé… mais par qui? »

    Après mes précédents livres (« Le portrait de Dawn Dunlap » puis « C’est David Hamilton qu’on assassine« , préfacé par Roland Jaccard), ce sera mon troisième livre sur l’argument.

    Mon éditeur est hélas un tout petit éditeur, et je n’ai certes pas les moyens de Flavie Flament.

    Cela dit, il faut être patient. L’Affaire David Hamilton est sans doute loin d’être finie. Très loin…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s