Le pseudo-néologisme de Macron, « impuissanter », est vieux comme Salmon Macrin et comme les érotasmes à la demoiselle de Mâcon…

Macron, protecteur de l’Académie française, a employé le mot « impuissanter« .

Les gogos, les illettrés, les facilement impressionnables, les courtisans s’émerveillent. Les journalistes, caudataires du jupitérien (sic) monarque, se répandent en gloussements émerveillés.

Impuissanter! Quel art du néologisme! Quelle imagination!

Les incultes sont en extase: je dirais même plus, quelle « culture »…! Quelle spontanéité, aussi!

Soyons sérieux. A Olivier Mathieu, on ne raconte pas d’histoires. Personne ne me raconte d’histoires. Clair?

Ce mot n’a absolument rien d’extraordinaire.

  1. Il existe en italien.

Vu que je parle l’italien comme le français et que j’ai notamment publié  une dizaine de romans dans cette langue, on voudra bien me faire confiance: il existe en italien un verbe, « potenziare » ( http://www.treccani.it/vocabolario/potenziare/  ), qui a exactement le même sens qu’aurait « puissanter« .

Potenza, c’est la puissance (et impotenza, impuissance). Potenziare, c’est rendre puissant.

Donc « puissanter » n’a absolument rien d’exceptionnel.

2. Il a existé autrefois en français, ou certains poètes ont cherché à le faire exister.

Philibert Bugnyon (1530 – env. 1590), juriste et historien français, contemporain de Salmon Macrin ( 1490-1557 ), s’est essayé à la poésie et a  publié un seul ouvrage, les Erotasmes de Phidie et Gélasine (1557) et en l’honneur de Gélasine, demoi­selle de Mâcon.

« Salmon Macrin avait chanté sa Gélonis ; Pontus de Tyard, sa Pasithée ; Ronsard, sa Cassandre ; Joachim Du Bellay, son Olive ; Muret, sa Marguerite ; Des Autels, sa Sainte ; Baïf, sa Méline ; Maurice Scève, sa Délie ; Bugnyon, à leur exemple, dont il s’auto­rise, et voulant, comme eux, monter sa lyre sur le ton amoureux, chanta sa Géla­sine. Cette Gélasine était une Demoi­selle de Mâcon » (http://www.preambule.net/auteurs/bugnyon/bugnyon.html  )

Dans les Erotasmes, on trouve donc le verbe « impuissanter« .

Voyez:

https://books.google.fr/books?id=Oq_iWi5KPnUC&pg=PA237&lpg=PA237&dq=impuissanter+philiberti&source=bl&ots=s_7ieINP9a&sig=XojP4T2Yn2Pn_RUtviJN_HAGh5E&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjlvvLL1L7aAhVMtxQKHcGaAPYQ6AEwAHoECAAQMA#v=onepage&q=impuissanter%20philiberti&f=false

Bref, un quelconque crâne d’oeuf a soufflé à Macron « impuissanter » qui date de 1557.

La France est en marche…

 

 

 

Publicités

A propos defensededavidhamilton

LES MEMOIRES LES PLUS PASSIONNANTS D'AUJOURD'HUI. Le 19 octobre 2018 (date officielle, le 28 octobre) est paru un nouveau livre d'O. Mathieu, dont le titre est un clin d'oeil à un grand écrivain du Moyen Age. "Je crie à toutes filles mercis". 532 pages, couverture en couleurs, une introduction, 14 chapitres, une trentaine d'illustrations (beaucoup dont, étant moi-même photographe, je suis l'auteur). La couverture est illustrée par une photo en couleurs d'une jeune fille (années 1980), sur sa demande. L'ouvrage se situe dans la lignée du "Catalogue chronologique et descriptif des femmes avec qui j'ai couché" (Pierre Louÿs). Ce livre est consacré aux souvenirs littéraires de l'auteur, aux Jeunes Filles, et à la Philosophie de la Jeune Fille. Ce livre sera réservé à quelques pairs écrivains, et aux bibliophiles. Nous n'avons aucun doute quant au fait qu'il y aura encore quelques gens doués de goût pour en parler. Quant à ceux qui ne liront pas ce livre, on les plaint un peu...
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s