Marlène Schiappa, la Marie de Rabutin-Chantal du pauvre

 Marlène Schiappa vient de publier…

L’oeuvre s’appelle Si souvent éloignée de vous,  compte 302 pages et coûte 19,50 euros (pourquoi pas 19, 99?), chez Stock. Jusque-là, rien de très étonnant. La France compte un nombre incroyable de gens qui, écrivant, se disent (et même se croient) « écrivains ». Ou, si l’on préfère, de gens qui croient qu’il suffit de publier un ouvrage pour être « écrivains ».

La promotion de l’oeuvrette de Marlène Schiappa pose problème, d’abord, parce que l’association Anticor s’est étonnée de  l’utilisation des moyens de l’Etat, par Schiappa,  à des fins d’autopromotion.

Le Monde, aujourd’hui, remarque  ce qui suit : « L’association anticorruption Anticor fait plus que s’étonner. Elle s’indigne. Et a annoncé lundi 28 mai avoir saisi la Commission nationale de l’informatique et des libertés et le premier ministre. L’article 226-21 du code pénal punit de cinq ans de prison et de 300 000 euros d’amende tout détournement de finalité de fichier, rappelle Jean-Christophe Picard, le président d’Anticor, dans les courriers adressés à ces derniers mis en ligne sur le site de l’association. Le livre de Marlène Schiappa n’est pourtant « ni une communication gouvernementale ni un bilan d’action politique, mais un récit purement personnel, partiel et parfois romancé », précise l’auteure en introduction. Il s’agit, pour l’association, d’une utilisation des moyens de l’Etat à des fins de promotion personnelle. L’entourage de la secrétaire d’Etat évoque une «maladresse » qui « ne se reproduira plus ».

Marlène Schiappa signant un ouvrage rédigé sous forme de lettres adressées à ses deux filles, Stock n’hésite pas un instant : « telle une Madame de Sévigné moderne », ose affirmer cet éditeur.

Est-ce humour ou inculture crasse?

Quiconque a la moindre notion de littérature ne peut que sourire. Les lettres de Madame de Sévigné ont été publiées posthumes. Marlène Schiappa est bien en vie. Les lettres de la marquise ont été publiées clandestinement. Celles de Marlène Schiappa bénéficient d’une promotion au moyen de canaux gouvernementaux.

Que signifie cette comparaison absurde, que fait pourtant Stock, entre Marlène Schiappa et Marie de Rabutin-Chantal?…

Les lettres de Madame de Sévigné ont été fréquemment revues par des nègres littéraires. A tel point que leur authenticité est douteuse, très douteuse, en ce qui concerne au moins les trois quarts d’entre elles. Est-ce également le cas du Secrétaire « à l’égalité entre (1) les femmes et (2) les hommes »?

Il est certes amusant, ce parallèle si osé entre Madame de Sévigné et Marlène Schiappa. A moins que Stock ne sache tout simplement rien de l’histoire des Lettres de Madame de Sévigné. Ce qui, en ces temps d’inculture et d’illettrisme généralisés (auxquels j’ai la chance, merci, et je suis un cas rarissime, d’échapper), n’aurait rien d’étonnant.

Les passages que j’ai lus jusqu’ici dans la presse de l’oeuvrette schiappienne sont simplement confondants par leur vacuité. Le Monde remarque par exemple : « L’exercice, teinté d’humour, tourne parfois au registre de la littérature de gare quand, entre récit d’un quotidien survolté et conseils de survie à ses filles en colonie de vacances, Marlène Schiappa passe à la narration de ses rendez-vous amoureux ».

Littérature de gare, voilà beaucoup d’amabilité.

S’annonce simplement une nouvelle opération de promotion « littéraire » d’une politicienne, dans une société – la société française de 2018 – où la littérature ou le très peu qui en reste n’est plus guère qu’une affaire de scoops éditoriaux programmés destinés à flatter l’ego narcissique et surdimensionné d’écrivants autoproclamés écrivains.

Madame de Sévigné avait le souci de ne partager ses lettres que dans des cercles mondains et restreints. Elle cultivait une grande variété d’écriture.

Et puis, accessoirement, elle savait écrire.

A propos defensededavidhamilton

On est prié de demander une autorisation explicite et écrite AVANT de republier, sur Internet ou ailleurs, des articles de ce blog. Toute republication effectuée sans autorisation n'a pas notre consentement.
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Les commentaires anonymes, injurieux, inintéressants, hors sujet ou qui se répètent passent directement à la poubelle. Les abonnés et les autres sont priés de LIMITER le nombre de leurs commentaires. MERCI. D'avance.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s