L’éternelle actualité de David Hamilton

 

1. Après celles de 2010 et 2016, la troisième édition (tirage réservé aux poètes et aux bibliophiles) de mon livre « Les jeunes filles ont l’âge de mon exil » arrivera entre le 18 et le 23 juin  dans les boîtes aux lettres de mes amis, j’entends par là de quelques écrivains français de qualité, et de quelques très rares intellectuels (en effet, mes amis intellectuels, aussi incroyable la chose puisse-t-elle paraître, sont intelligents; ce qui ne fait pas grand monde). L’ouvrage en question, qui est un recueil de 300 pages de poèmes, a déjà connu deux éditions. On en trouve quelques brefs extraits sur ce blog.

Image rare (tournage de « Tendres cousines », film de DAVID HAMILTON)

2. Par ailleurs, ma santé m’ayant malheureusement contraint à faire un choix entre divers projets littéraires, j’envisage pour la fin de l’année 2018, voire même pour le début de 2019, un ouvrage qui consistera en:

a) une sorte d’étude de la philosophie david-hamiltonienne  de la Jeune Fille, non sans quelque clin d’oeil par exemple à François Villon ou André Baillon

b) un portrait d’une époque, la mienne, à travers mes souvenirs – plus ou moins brefs – de diverses jeunes filles, et aussi de quelques dizaines d’intellectuels et d’artistes (gens de tous pays, de toutes opinions, de toutes confessions religieuses, de talents très divers, citons au hasard et en vrac André Beaurepaire, Alexis Curvers, Ferdinand Teulé, Alfred Loewenguth, René Albert Gutmann, Pierre Martin, Paul Werrie,  Zoum Walter, Marie de Vivier, Marie-Louise Van Veen, Pierre Pascal, Robert Poulet, Edmond Kinds, André Viatour, Arno Breker, Hergé, Jean-Edern Hallier, etc, etc, etc, etc, etc) que j’ai tous rencontrés dans ma vie – certaines de ces amitiés ont duré vingt ans – et avec la plupart desquels j’ai également entretenu une correspondance épistolaire souvent nourrie. Quelques intellectuels et artistes vivants, certains extrêmement fameux en France ou dans d’autres pays,  seront également cités. (En revanche, seront exclus de ma liste les abrutis, les crétins et les demeurés. On s’en doutait, probablement).

c) Et mille fois mieux que ce qu’a récemment essayé de faire je ne sais plus quel nabot, le portrait véritable et véridique de certains milieux pitoyables d’ordurerie, et d’une parfaite salauderie bloyenne. Surprises en vue…

Voici donc trois excellents motifs, je crois, pour rendre ce livre (dont j’ai d’ores et déjà trouvé le titre, j’en parlerai lors de la parution) intéressant. Il reste certes peu de critiques littéraires en France mais s’il en reste un, je veux espérer qu’il parlera de ce livre-là.

Magazine LUI n° 7 (Juin 1964), détail de la couverture, par David Hamilton

3. Enfin, dès que possible – mais il n’y a absolument aucune urgence particulière  – je n’exclus pas de travailler aussi à une édition revue et corrigée de David Hamilton suicidé… mais par qui? dont les tout derniers exemplaires de la première édition (celle pas encore corrigée, donc) devraient être disponibles dans quelques jours. C’est dire que, s’il y avait des lecteurs potentiellement intéressés par la première édition de ce livre, il serait plus que grand temps pour eux de se manifester.

« A toutes les belles choses qui ont le bon sens de ne jamais revenir ».
David Hamilton.

4. Je rappelle qu’à cette heure il n’y a eu pratiquement que l’écrivain suisse Roland Jaccard, en France, pour avoir le goût et le courage nécessaires, dans le monde d’aujourd’hui, de prendre la défense de David Hamilton, par écrit et aussi dans Causeur et sur son canal You Tube.

Roland Jaccard dans « Le service littéraire », avril 2018, n° 116.

Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s