Philosophie de la Jeune Fille: David Hamilton et la « moisson d’appas » de ses jeunes filles

« C’était, ma foi, un beau brin de fille : elle avait cinq pieds et quelques pouces, et une vraie moisson d’appas » (Alfred de MussetIl ne faut jurer de rien, 1840, III, 3, page 154).

*

Il me fait évidemment plaisir que l’on commence à parler de mon ouvrage sur la Philosophie de la Jeune Fille (même si « jeune fille » est, étymologiquement parlant, une redondance, puisque le mot « fille » vient du latin filia qui signifie « enfant du sexe féminin, jeune personne ». Une jeune fille, c’est donc une « jeune jeune »).

Sur un blog (qui est totalement indépendant du blog « En défense de David Hamilton »), sont parues ces quelques lignes pour annoncer mon prochain livre (à paraître le 28 octobre).

https://lequichotte.wordpress.com/2018/09/28/philosophie-de-la-jeune-fille-chez-david-hamilton-28-octobre-2018/

Nous en profitons pour rappeler que notre blog est ouvert à ceux qui (à partir du moment où ils apprécient et défendent David Hamilton) désirent y collaborer, par exemple pour recenser ou commenter  les livres déjà parus:

  • « Le portrait de Dawn Dunlap »
  • « C’est David Hamilton qu’on assassine » (préface de Roland Jaccard)
  • « David Hamilton suicidé, mais par qui? »

Rappelons aussi ces articles :

Dawn Dunlap (« Laura les ombres de l’été », 1979)

Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s