Luc Ferry préfère l’habit vert aux gilets jaunes…

Je ne vais certes pas perdre mon temps à parler de la philosophie de M. Luc Ferry, l’un de ces penseurs (?) de droite comme il y en a tant, et ancien ministre. Ou de ses travaux – que je trouve légers – sur Nietzsche ou Heidegger. Ou de son apport à la lutte contre l’illettrisme.

*

Je vais parler des accusations de pédophilie lancées par M. Luc Ferry. Et aussi de ses récents conseils, très généreusement élargis à la police, au sujet des « gilets jaunes ».

Je vais commencer par rappeler une déclaration à effet que Luc Ferry, il y a quelques années, avait faite dans le Grand Journal de Canal +, en se basant semble-t-il non point sur Nietzsche et Heidegger (dont j’imagine à merveille à quel point il les comprend), mais sur une lecture qui doit lui être plus facile, celle du Figaro Magazine. Il avait évoqué « un épisode d’un ancien ministre qui s’est fait « poisser » à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons. Probablement, nous savons tous ici de qui il s’agit (…). Moi je le sais et je pense que je ne suis pas le seul. L’affaire m’a été racontée par les plus hautes autorités de l’Etat, en particulier par le Premier ministre…».

Des journalistes lui ayant demandé s’il avait des preuves de ce qu’il avançait, Luc Ferry avait répondu: « Evidemment pas, j’ai simplement des témoignages« .

Etait-ce un aveu implicite qu’en effet, des témoignages ne peuvent jamais être une preuve de quoi que ce soit? En tout cas, il avait ajouté: « Des membres du cabinet au plus haut niveau, et puis des autorités de l’Etat au plus haut niveau. Mais si je lâche le nom dans la nature maintenant, c’est moi qui serai mis en examen. Je serai à coup sûr condamné même si je sais que je dis la vérité ».

De tels propos avaient étonné. A juste titre. Un député socialiste d’Indre-et-Loire, Madame Marisol Touraine, avait remarqué (sur RMC): « Ou les choses sont avérées, et alors il est inacceptable qu’un Premier ministre et des ministres aient couvert des agissements pénalement réprimés par la loi; ou il s’agit simplement d’alimenter une espèce de discours ambiant sur le fait que la dépravation des moeurs dans la classe politique serait absolument spectaculaire. Donc moi je ne sais pas. Je trouve que M. Ferry en dit trop ou pas assez ».

Quant à Mme Rachida Dati, l’ancienne ministre de la Justice – et magistrate – avait estimé  que « juridiquement, il s’agit de non-dénonciation d’un crime ».

Mesdames Touraine et Dati avaient parfaitement raison. Il est à mon avis très étonnant, voire inquiétant, qu’un ancien ministre –  qui se présente volontiers comme philosophe, étymologiquement « ami de la sagesse » – se livre ainsi à une sorte de dénonciation extra-judiciaire publique.

Un ancien ministre avait-il été « poissé » (pour employer le vocabulaire de M. Ferry)  à Marrakech? Je n’en sais rien, vu que je n’ai jamais mis les pieds de ma vie à Marrakech et que la personne visée ne pouvait être aucun des quelques ministres français que j’ai jadis connus. S’il y avait des choses à reprocher à ce ministre, la justice aurait dû s’occuper des délits ou crimes dont il aurait éventuellement dû être accusé. Devant des tribunaux.

Mais la question est la suivante: est-ce que c’est sur des plateaux de télévision ou à l’antenne de radios, que de telles dénonciations doivent être lancées? Est-ce que la conception de la philosophie de M. Luc Ferry est de dénoncer les gens, en leur absence, sur les ondes?

On en connaît un qui n’a pas eu la chance du ministre suspecté par M. Ferry d’aller faire des galipettes à Marrakech.

Ce quelqu’un, c’est David Hamilton.

David Hamilton, contrairement au Ministre ès galipettes présumées, on a cité son nom.

Contre le Ministre ès galipettes présumées, Luc Ferry reconnaissait ne pas avoir de preuves, juste des témoignages.

Contre David Hamilton non plus, il n’y avait aucune preuve. Juste des « témoignages ». De tels « témoignages » que la presque totalité de la presse française a semblé considérer comme des preuves, puisque David Hamilton n’a presque jamais été défini comme un violeur présumé, mais qu’il a eu droit à « violeur » – tout court.

Pourquoi le nom d’un ancien Ministre ès galipettes présumées à Marrakech n’a-t-il pas été cité, tandis que celui de David Hamilton l’a été?

Pourquoi des « témoignages » contre le Ministre ès galipettes présumées à Marrakech n’avaient-ils pas une valeur de preuves aux yeux mêmes de M. Luc Ferry et de la presse, tandis que – dans le cas de David Hamilton – les « témoignages » semblaient autant de preuves?…

Le tort de David Hamilton était-il de ne pas être un ancien ministre de la République?

Au sujet du Ministre ès galipettes présumées à Marrakech, on lisait dans la presse: « Faute d’éléments de procédure ou de témoignage, la loi nous interdit légitimement de nommer le personnage« .

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2011/05/28/01006-20110528ARTFIG00617-a-marrakech-un-ex-ministre-s-amuse.php

Notez: légitimement.

Or, dans le cas de David Hamilton, et cela en l’absence d’éléments de procédure (aucune plainte n’avait été déposée contre David Hamilton), aucun journaliste ne s’est senti frappé par une « légitime » interdiction de nommer le grand photographe.

Après plus d’un an, aucun élément n’avait pu être prouvé contre le mystérieux ancien ministre ès galipettes présumées à Marrakech. Aussi, le Procureur de Paris prit-il la décision de classer l’affaire.

Ce qui n’empêcha nullement l’ineffable Luc Ferry, de nouveau à la téloche (c’était le 5 octobre 2014, dans l’émission Médias, sur France 5) d’affirmer que ce qu’il avait dit en 2011 était « vrai », ajoutant qu’il n’en « retirait pas une virgule ».

Diantre! Puisque M. Luc Ferry est me dit-on philosophe, un imbécile tel que moi aimerait saisir quelle est précisément sa philosophie de la justice. Celle de porter des accusations à la suite de la lecture d’un article paru dans un journal (Le Figaro Magazine), puis de les confirmer après même que le Procureur de Paris a classé l’affaire?…

Something is rotten in the state of Denmark

Et quelque chose doit être pourri en France aussi, dès lors que certains ou certaines se servent de leurs petits copains pour lancer des accusations publiques, qui débouchent ou risquent de déboucher sur des lynchages médiatiques (et pas seulement médiatiques).

Accusations publiques parfois réitérées, au mépris des décisions de justice! Comme dans le cas de David Hamilton, où l’on a vu la presse donner de l’écho à des accusations qui avaient déjà été rejetées, dans le passé, par la justice!

*

Et la dernière en date : tout récemment, le 7 janvier 2019 dans l’émission « Esprits Libres » sur Radio Classique (radio à laquelle M. Luc Ferry, encore une fois, a collaboré lui-même), le Philosophe a déclaré : « On ne donne pas les moyens aux policiers de mettre fin aux violences. Quand on voit des types qui tabassent à coups de pieds un malheureux policier… qu’ils se servent de leurs armes une bonne fois, écoutez, ça suffit!« 

Et ensuite: « Je pense qu’on a une armée, on a, je crois, la quatrième armée du monde, elle est capable de mettre fin à ces saloperies, il faut dire les choses comme elles sont« .

Euh, il faut appeler l’armée contre les gilets jaunes?

Diable! Quelle haute « philosophie »!

De nombreuses personnalités ont fait part de leur indignation. Ce qui est d’ailleurs un progrès par rapport à David Hamilton.

Quand David Hamilton a été insulté par Thierry Ardisson (« enculé », « connard »), aucune « personnalité » française n’a protesté…

Et David Hamilton a dû se dire : Something is rotten in the state of Denmark

Etranges propos que ceux de M. Luc Ferry, je trouve, qui appelle la police à « se servir de leurs armes une bonne fois » – que signifie, au juste?…

Le rôle d’un philosophe moderne serait-il, au moins dans l’esprit de M. Luc Ferry, de donner des conseils à la police sur la façon de traiter des manifestants?…

Une dernière chose: personne ne semble avoir remarqué que M. Luc Ferry, qui apparemment n’aime pas beaucoup les gilets jaunes, ambitionne de porter l’habit vert. Tout comme, dans les années passées, Patrick Poivre d’Arvor, Jean-Louis Servan-Schreiber (auquel est apparenté Ferry!!!), ou Frédéric Mitterrand.

Car M. Luc Ferry est candidat à l’Académie, le 31 janvier 2019, au fauteuil de Michel Déon. C’est dans trois semaines. Tiens, moi aussi!

On est bien curieux de voir si l’Académie va élire un tel « philosophe »!

Publicités

A propos defensededavidhamilton

JE CRIE A TOUTES FILLES MERCIS !!! LES MEMOIRES LES PLUS PASSIONNANTS D'AUJOURD'HUI. 532 pages, couverture en couleurs, une introduction, 14 chapitres, une trentaine d'illustrations. L'ouvrage se situe dans la lignée du "Catalogue chronologique et descriptif des femmes avec qui j'ai couché" (Pierre Louÿs). Ce livre est consacré aux souvenirs littéraires de l'auteur, aux Jeunes Filles, et à la Philosophie david-hamiltonienne de la Jeune Fille. Roland Jaccard a consacré une vidéo à "Je crie à toute filles mercis". Il vient de publier, sur son blog, un article à lire ici : https://leblogderolandjaccard.com/2018/11/12/olivier-mathieu-dit-merci-a-toutes-les-filles/ Voyez aussi : https://bonpourlatete.com/chroniques/olivier-mathieu-dit-merci-a-toutes-les-filles
Cet article, publié dans David Hamilton, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s