Le suicide de David Hamilton, un dogme qu’il est interdit de remettre en cause?

Hier soir, en Italie, un agent de police pénitentiaire, une femme qui s’appelait Sissy Trovato Mazza, est décédée. Pourquoi en parler sur ce blog? La réponse est simple: elle avait été blessée à mort, le premier novembre 2016 et, depuis, se trouvait dans le coma.  Il y a  donc une première coïncidence: le drame avait eu lieu en novembre 2016. Même mois, et même année que la mort de David Hamilton.

Cette femme avait été atteinte par une arme à feu, alors qu’elle se trouvait dans l’ascenseur du service de pédiatrie de l’hôpital civil de Venise.  Depuis lors, les enquêteurs sont dans l’impasse.

Dans un premier temps, on avait parlé de « suicide« . Or, selon la presse italienne, l’enquête a ensuite pris une direction complètement différente. Il semble en effet qu’il se soit agi d’un homicide.  Il existe en Italie une association, qui s’appelle « Giustizia per Sissy ».

Les autorités italiennes ont ordonné que soit effectuée une autopsie sur la dépouille mortelle de la jeune femme. Par ailleurs, selon sa famille, elle n’avait aucune raison de se suicider. Chef du département de l’administration pénitentiaire, M. Francesco Basentini a déclaré: « Mi auguro che la stessa determinazione con la quale Sissy ha dimostrato di voler rimanere aggrappata alla vita sia da sprono per l’accertamento della verità, e venga fatta finalmente piena luce su quanto accaduto ».

En français: « Je souhaite que la détermination, par laquelle Sissy a démontré de vouloir rester en vie, incite à la recherche de la vérité, pour que l’on établisse avec clarté ce qui est arrivé ».

Ce dont on peut conclure qu’en Italie, une personne qui se trouvait dans le coma depuis novembre 2016, et au sujet de laquelle la thèse privilégiée par les enquêteurs était d’abord celle d’un suicide – contesté par ses proches -, va bénéficier d’un complément d’enquête.

Tandis qu’en France, en ce qui concerne David Hamilton, ce dernier aurait été trouvé en novembre 2016 avec un sac de plastique sur la tête et la porte de son studio ouverte, un mois après avoir déclaré craindre pour son existence; la thèse du suicide, « privilégiée » par les enquêteurs, n’a jamais été remise en question par les autorités, bien que certains proches du photographe l’aient contestée et continuent à la contester. Pour lui, pas de complément d’enquête…

Après l’Immaculée Conception et l’Assomption de Marie, est-ce que le « suicide » de David Hamilton sera un jour érigé en dogme?

Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s