David Hamilton et le Syndrome de Lolita

« Brigitte Bardot et le syndrome de Lolita » n’est pas vraiment un livre. C’est en vérité un article de Simone de Beauvoir, paru initialement, en anglais, dans la revue Esquire (août 1959, pp. 32-38).  L’article a été traduit dans pas mal de langues.

Simone de Beauvoir y examine les raisons de la popularité de Brigitte Bardot, et aussi du mépris qu’elle a parfois suscité. Le texte – aujourd’hui pas mal daté – ne tient pas complètement, à mon avis, les promesses de son titre. Selon Beauvoir, la femme-enfant évolue dans un univers dans lequel l’homme « ne peut pas entrer ». Ce même homme, au spectacle de Lolita, craindrait d’être « émasculé » et de perdre sa « position dominante ».

Chez Simone de Beauvoir comme chez le Roger Vadim de Et Dieu créa la femme (1956), je suis loin d’être certain que Lolita ait été comprise. Naturellement, elle est mieux comprise (ce n’est certes pas difficile) que par les nullités éditoriales de 2019 consacrées au mythe éternel de Lolita.

Il n’en reste pas moins que le film de Vadim était scandaleux à l’époque, au moins aux yeux des ligues de vertu, mais qu’il est aujourd’hui plutôt insignifiant. Il vaut, si on veut, par la nudité de B.B.

Finalement, chez les vrais réactionnaires et les faux progressistes des années 60 (et rien  n’a vraiment changé aujourdhui), la femme-enfant finissait toujours femme au foyer, épouse, mère. Horreur! Abomination!

Il m’est de plus en plus évident qu’avec Nabokov, l’un des rares artistes qui ait compris Lolita  fut David Hamilton.

David Hamilton est l’un des rares artistes à être entré, lui, dans le monde des Lolitas.

Un fameux numéro de la revue GQ consacrait (GQ Magazine – UK Issue 134, August 2000) plus de vingt pages à «The Lolita Syndrome», et il y était question – entre autres – des  “nubile innocents” (en français, «innocents nubiles»)  de David Hamilton.

Signalons surtout « Lolita: A Style Icon: Style Icon, the Myth of Youth in Fashion« , qui est un travail paru semble-t-il en 2017, donc après la mort de David Hamilton.

On ne peut que saluer le courage de ce travail, puisque, au dos, on lit – répétons-le, après la mort de David Hamilton – une citation, et une citation favorable de son nom. Voir l’image suivante: le nom de David Hamilton a été entouré en rouge par nos soins.

Livre paru en 2017, après la mort de David Hamilton

Je suis par ailleurs sur la piste d’un texte, qui serait paru dans une revue, peut-être une revue anglaise, dont un de mes amis m’assure qu’il concernerait justement David Hamilton et le syndrome de Lolita. Ce texte existe-t-il? Je l’ignore. S’il n’existe pas, en tout cas, il est à écrire!

Nous aimons le mythe littéraire et cinématographique de Lolita, et nous avons l’intention de continuer. N’en déplaise à Flavie ou à Marlène.

 

 

A propos defensededavidhamilton

On est prié de demander une autorisation explicite et écrite AVANT de republier, sur Internet ou ailleurs, des articles de ce blog. Toute republication effectuée sans autorisation n'a pas notre consentement.
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Les commentaires anonymes, injurieux, inintéressants, hors sujet ou qui se répètent passent directement à la poubelle. Les abonnés et les autres sont priés de LIMITER le nombre de leurs commentaires. MERCI. D'avance.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s