Notre enquête minutieuse et sérieuse sur la mort de David Hamilton aboutira

Notre enquête au sujet des circonstances de la mort de David Hamilton se poursuit. Il y a des choses que nous ne disons pas. Pas encore. Le jour viendra.

En attendant, il y a à notre connaissance en Europe deux ou trois personnes qui, comme nous, enquêtent sérieusement sur le même sujet.

Il y a aussi diverses autres personnes, toujours anonymes, qui ne nous convainquent nullement. Voire qui nous font sourire.  Il est trop facile de prétendre avoir été un ami de David Hamilton, quand on ne peut pas prouver ce que l’on dit. D’autant que David Hamilton avait très peu d’amis et qu’il avait une certaine propension – et même une propension certaine – à se brouiller avec ceux qu’il avait. Parce que David Hamilton n’avait pas sa langue dans sa poche. Il disait volontiers aux gens qu’il prenait pour des cons que c’était des cons et des médiocres. Peut-être, enfin, avait-il donné l’impression à certains qu’ils étaient ses amis. Reste à voir ce qu’il en pensait en son for intérieur…

Les gens qui prétendent avoir connu David Hamilton laissent parfois entendre avoir été en contact avec certaines personnes très proches – de notoriété publique – du photographe.

Grande mode, aussi, que de déclarer qu’ils ont eu David Hamilton au téléphone une semaine avant sa mort, voire le jour de sa mort.  La chose est possible. Cependant, pour le prouver, il faudrait obtenir les relevés, tous les relevés de sa ligne téléphonique. Jusqu’à présent, même si nous avons déjà établi – avec certitude – l’identité de plusieurs personnes (et pas des moindres) avec qui David Hamilton a en effet parlé au téléphone le jour de sa mort, notre puzzle n’est pas encore complet. Or, sur ce blog, nous ne disons des choses que quand nous pouvons les démontrer et les prouver de A à Z.

Il est trop facile de dire que pendant ses derniers jours, David Hamilton était « décontenancé ». La chose est probable, mais elle est aussi facile à deviner.

Beaucoup trop de gens « pensent » beaucoup trop de choses. Les gens qui affirment « penser » que David Hamilton  recevait des menaces, ces gens ne nous intéressent pas. Nous, nous savons qu’il en recevait. Nous le savons et nous en avons des preuves certaines et des témoignages vérifiables et recoupés.

Nous ne pouvons pas, en revanche, nous fier à ce que « pensent » des correspondants. D’autant moins si ce sont des correspondants anonymes. Sur ce blog, au sujet de la mort de David Hamilton, nous ne voulons pas penser ou croire. Nous voulons savoir.

Nous ne pouvons pas nous fier, non plus, à des gens qui « pensent » qu’un tel a des doutes quant au suicide de David Hamilton. Nous ne voulons pas travailler avec l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu le Yéti.

Un autre argument. On parle beaucoup des appels qu’a ou qu’aurait reçus David Hamilton. Il faudrait aussi se pencher sur les numéros qu’il n’a pas reçus. Et qu’il attendait, sans doute…

Je prends un exemple simple. Elémentaire. Quelques jours avant sa mort, David Hamilton déclarait à l’AFP qu’il allait porter plainte pour diffamation. Dès lors, il était évident qu’il comptait déposer cette plainte. Il ne faut pas être bien malin pour savoir qu’il aurait eu besoin, pour cela, de la collaboration d’un avocat.

Quel avocat? Un seul et unique avocat a été attribué à David Hamilton, dans les derniers mois de sa vie. Cet avocat n’habite pas en France.

On suppose donc que dans les – disons – trois derniers jours de sa vie…

Ou bien David Hamilton a parlé avec son avocat: et dans ce cas, qu’a-t-il dit? Et pourquoi la plainte n’a-t-elle pas été déposée?

Ou alors, David Hamilton a  attendu un appel de son avocat et cet appel n’est jamais arrivé. Dans ce cas, pourquoi?!

Le jour de sa mort, par ailleurs, David Hamilton aurait-il vu un jeune assistant de cet avocat?  Cet assistant (nous disons « jeune » car un tout petit peu plus que quadragénaire en 2016), s’il a vu David Hamilton le 25 novembre, a-t-il été chargé de déposer une plainte? Pourquoi alors ne l’a-t-il pas fait?…

Pourquoi a-t-il laissé passer du temps? Et pourquoi David Hamilton se serait-il suicidé, ou serait-il mort juste quelques heures plus tard? Enfin, pourquoi ce jeune (et certainement brillant) assistant ne se manifeste-t-il pas publiquement?… Ce serait chouette qu’il se manifeste auprès de nous. Avant que nous ne devions nous mettre publiquement à sa recherche… Et comme il lit ce blog, on lance un appel!

Pourquoi tout le monde semble-t-il obéir à la loi du silence? Les autorités françaises n’ont pas fait de déclaration officielle. L’avocat supposé de David Hamilton garde le silence. Un autre, qui a été présenté comme l’assistant de cet avocat, garde le silence. Trop de modestie, ces messieurs!

Deux questions que se poserait même un détective débutant.

  1. Après la mort du photographe, est-ce que la police française a contacté cet avocat (et son assistant) dans le cadre d’une enquête sur un suicide ou un meurtre ? Sinon, pourquoi?
  2. Après la mort du photographe, est-ce que  cet avocat (et son assistant) ont contacté la police française dans le cadre d’une enquête sur un suicide ou un meurtre ? Sinon, pourquoi?

On aimerait bien connaître la réponse à ces deux questions-là… Pour commencer…

S’il n’y a eu aucun contact, il y a ici de l’anormal. Profondément anormal. Et s’il y a eu un contact, quel silence encore, ici!

Trop facile de dire que des personnes jadis extrêmement proches de David Hamilton, ou des gens présentés ou se présentant comme son meilleur ami « pensent » que c’est un suicide.

Au fond, dans l’affaire de la mort de David Hamilton, beaucoup de gens « pensent » que c’est un » suicide », mais dans ce cas, pourquoi tiennent-ils tant que ça à leur anonymat?

Tout le monde « pense » (sic) que c’est un « suicide » (resic), mais tout le monde se comporte exactement comme si ce n’en était pas un…

+

Silence maintenu aussi par Mona, l’ex-modèle de David Hamilton, depuis longtemps remariée à un milliardaire américain. Ce remariage (1983) a été photographié par un David Hamilton souriant, presque hilare, en personne.

Jeune fille, Mona était obsédée par le désir de devenir célèbre et de faire du cinéma. Cette dame doit tout à David Hamilton, elle qui a fini en couverture de tant de revues internationales grâce à David Hamilton, elle qui à force d’insistance a tourné dans les films de David Hamilton (le plus fameux, mais pas l’unique, étant Bilitis), elle qui a longtemps posé pour ses albums et ses calendriers, elle qui…

Lors de la mort de David Hamilton, quel profond silence que celui de Mona!

Nous en parlerons, de ça aussi. un jour. Si nous voulons. Quand nous voudrons.

Les vrais amis – rarissimes – de David Hamilton savent beaucoup de vérités qui n’ont pas encore été dites, sur une multitude de sujets.

Le troupeau des amateurs de David Hamilton se fait sur tout des idées extrêmement fausses, des idées quasiment de gossip.

Nous, au blog « en défense de David Hamilton », nous ne nous intéressons qu’à la réalité et qu’à la vérité. Nous ne confondons pas les « témoignages » et les preuves. Nous nous intéressons aux personnages qui ont réellement connu David Hamilton. Qui ne l’ont pas déçu. Qui ne l’ont pas volé et arnaqué. Et qui ne l’ont pas trahi.

Nous travaillons à la vérité. Nous avons le temps…

Publicités

A propos defensededavidhamilton

On est prié de demander une autorisation explicite et écrite AVANT de republier, sur Internet ou ailleurs, des articles de ce blog. Toute republication effectuée sans autorisation n'a pas notre consentement.
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s