De la nécessité qu’il y avait de « lancer une alerte » au sujet de la mort de David Hamilton

« L’historien doit a priori se défier de toute affirmation d’un auteur, car il ignore si elle n’est pas mensongère ou erronée. Elle ne peut être pour lui qu’une présomption. La prendre à son compte et la répéter en son nom, c’est déclarer implicitement qu’il la considère comme une vérité scientifique« .

La phrase qui précède a été écrite par Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos en 1898 dans « Introduction aux études historiques ».  Elle est parfaitement d’actualité, puisque le livre a été republié récemment (Lyon, ENS Éditions, collection Bibliothèque idéale des sciences sociales, 2014).

Voilà. Je viens donc d’envoyer ce matin ma lettre – ou si l’on préfère, pour employer un vocabulaire à la mode d’aujourd’hui, de lancer une « alerte » –  au procureur de la République, qui sera bien sûr seul juge à décider des suites à lui donner.  Comme chacun sait ou devrait savoir, une telle dénonciation est l’acte par lequel un citoyen porte à la connaissance de la police ou de la justice une infraction qu’il estime avoir été commise par autrui. La dénonciation est même, dans certains cas, ordonnée par la loi.

La plus grande partie de cette lettre a été publiée sur ce blog. Mon seul but est celui de découvrir s’il existe, au sujet des circonstances de la mort de David Hamilton, une autre vérité possible.

Comme j’y insistais hier, je n’ai pas connu personnellement David Hamilton. C’est justement pour cette raison que j’estime et que j’essaye d’enquêter sur les circonstances de sa mort avec objectivité. Au demeurant, si on ne pouvait parler que des gens que l’on a personnellement connus, personne n’aurait le droit de parler de Charlemagne ou de Napoléon! Les morts – toutes suspectes, selon certains auteurs – de Mike Brant, de Claude François, de Marilyn Monroe, de Kennedy, de Pierre Bérégovoy, de Robert Boulin ou de dizaines d’autres personnalités, ont suscité les enquêtes et les livres de centaines voire de milliers de journalistes et d’écrivains qui ne les avaient pas connus personnellement.  Par bonheur, l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme (10 décembre 1948) stipule que:
« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

Il serait certes illogique que les excellents principes de Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos ne s’appliquent pas à une enquête au sujet de David Hamilton: toute affirmation doit être contrôlée, afin de vérifier qu’elle n’est pas mensongère ou erronée. Il n’existe pas de « réalité » intangible. Il existe tout au plus une réalité des faits. Réalité des faits qui, concernant le 25 novembre 2016, n’est à mon avis nullement établie – à moins que l’on se contente de déclarations parfois contradictoires et toujours anonymes des uns et des autres.

Considérant l’absence de communication, de la part des autorités, de toute information concernant les circonstances du décès de David Hamilton; considérant les contradictions manifestes des récits médiatiques faits à ce sujet; considérant le silence qui entoure cette affaire, où il y a eu (faut-il le rappeler?) mort d’homme le 25 novembre 2016; considérant aussi les anomalies contenues dans l’acte de décès de David Hamilton, j’ai estimé nécessaire – au terme de presque trois ans de recherches –  d’avoir recours à cette lettre au procureur.

Ce n’est pas Roland Jaccard qui me donnera tort:

https://bonpourlatete.com/chroniques/olivier-mathieu-se-souvient-de-david-hamilton

Il me reste maintenant à attendre une – éventuelle – réponse à mon courrier adressé à M. le procureur de la République.

 

***

Voir, sur le blog (totalement indépendant du nôtre) de Jean-Pierre Fleury, écrivain, éditeur, docteur en sociologie, ces articles qu’il a re-publiés:

https://lequichotte.com/2019/08/16/ma-lettre-au-procureur-de-la-republique-a-ete-envoyee/

https://lequichotte.com/2019/08/15/ma-lettre-au-procureur-de-la-republique-au-sujet-de-la-mort-de-david-hamilton/

https://lequichotte.com/2019/08/09/david-hamilton-et-les-fantomes-lecture-indispensable/

https://lequichotte.com/2019/08/13/a-tous-les-gens-qui-navaient-pas-interet-a-ce-que-david-hamilton-sur-son-lit-de-mort-parle-deux/

A propos defensededavidhamilton

On est prié de demander une autorisation explicite et écrite AVANT de republier, sur Internet ou ailleurs, des articles de ce blog. Toute republication effectuée sans autorisation n'a pas notre consentement.
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Les commentaires anonymes, injurieux, inintéressants ou hors sujet passent directement à la poubelle.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s