La pudeur des caméras: carré blanc sur la mort de Jeffrey Epstein?

Quelques jours après la mort de Jeffrey Epstein, j’écrivais sur ce blog : « Espérons que les caméras ce jour-là n’étaient pas en panne »…

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/08/17/david-hamilton-et-les-suicides-apparents/

Comme d’habitude, j’avais raison. Il semble en effet que les caméras « chargées de surveiller les abords de sa cellule » doivent être analysées par le FBI.

Apparemment, les caméras « ne fonctionnaient pas » au moment du « suicide » de Jeffrey Epstein, que la presse continue de définir comme « milliardaire ». Or, que Mr Epstein ait été milliardaire ou clochard ne nous intéresse pas. Ici encore, comme dans le cas de David Hamilton, il y a eu mort d’homme.

Gardiens endormis, pas de codétenu, une « surveillance suicide » qui avait été levée  sur décision de la « psychologue en chef » de l’établissement pénitentiaire. Et les caméras qui ne fonctionnaient pas.

Quelqu’un a besoin d’un dessin?

Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s