Après l’affaire David Hamilton, le « lynchage médiatique » de « l’écrivain G. » est-il imminent?…

 

30 octobre 2019.

Un nouveau « lynchage » médiatique en vue?

Vanessa Springora (comme l’expose son profil public : https://fr.linkedin.com/in/vanessa-springora-4519a955  ) a suivi les classes préparatoires du Lycée Fénelon (Hypokhâgne et Khâgne) dans les années 1991 – 1993. Elle a obtenu à la Sorbonne (Paris IV) un DEA de lettres modernes en Littérature française (1996).  Après une expérience de « volontaire internationale » à l’IFAL (Institut Français d’Amérique latine) et à l’Ambassade de France à Mexico (juillet 1998 à décembre 2002), elle a accompli un bref passage (2000) à l’Escuela Internacional de Cine y Television de Cuba (EICTV), où elle a suivi une formation à l’analyse et à l’écriture de scénarios de cinéma. Sa vie professionnelle a été celle d’un éditeur (Robert Laffont) depuis janvier 2010, après avoir été  assistante d’édition chez Julliard de mars 2006 à janvier 2010.

Entre juin 2003 et juin 2005, elle a été – avec Camila Mora-Scheihing ( https://www.europeana.eu/portal/it/record/2022116/urn_axmedis_00000_obj_95e203e6_f9f8_438b_9605_1431ffa4ec57.html  ) – l’un des auteurs du scénario et de la réalisation d’un « documentaire de création » intitulé  « Dérive », un documentaire long d’un peu plus de 50 minutes, en couleurs : http://www.autourdu1ermai.fr/bdf_fiche-film-1854.html .

Vanessa Springora, semble-t-il, a fait projeter le film (le 12 mars 2006) dans un Festival International de Films de Femmes de Créteil (FIFF) : https://filmsdefemmes.com/fiche-film/derive/ et https://www.imdb.com/title/tt0781361/releaseinfo?ref_=tt_dt_dt

« Dérive » a même obtenu ( https://www.tdv.itsra.net/spip.php?article17   ) un « Prix Enfance, Jeunesse » (750 €).

Vanessa Springora est décidément très présente sur les réseaux sociaux, y compris sur Trombi: ce qui permet même d’apprendre qu’elle a suivi sa scolarité, enfant, dans le sixième arrondissement de Paris: https://www.trombi.com/Personnes/Paris-75006/Vanessa-Springora-P-52FVJ-P)

Voilà ce que le public pouvait facilement savoir de Vanessa Springora, jusqu’à présent, simplement en consultant Internet. On ignorait cependant que, tout comme Flavie Flament, elle comptait elle aussi entamer une carrière d’écrivain.

Fille de parents ayant travaillé – de notoriété publique – à des postes prestigieux dans la presse française, Vanessa Springora affirme dans son livre avoir rencontré « l’écrivain G. » à l’âge de treize ans dans un dîner ( https://www.grasset.fr/livres/le-consentement-9782246822691   ), comme on va le lire maintenant dans ce Consentement (Grasset, sortie prévue le 2 janvier 2020).

Approximativement née à la même époque  que Flavie Flament; désireuse de devenir écrivain comme Flavie Flament: auteur d’un documentaire de cinoche (Dérive) tout comme Flavie Flament a mis son nom au générique du téléfilm La Consolation; auteur du Consentement (mot de quatre syllabes, comme Consolation); désignant du doigt un « homme de cinquante ans aux faux airs de bonze » (Flavie Flament, quant à elle, dénonçait « un célèbre photographe, alors âgé d’une cinquantaine d’années« ), Vanessa Springora publie chez Grasset, Flavie Flament chez Lattès (Grasset et Lattès faisant partie du même conglomérat d’éditions, celui de Hachette-livres).

Voilà donc deux histoires qui se ressemblent beaucoup. Jusqu’où vont-elles se ressemble?… On ose espérer que, cette fois, les pouvoirs publics – ou des avocats – interviendront afin que « l’écrivain G. », bouc émissaire du Consentement, ne voie pas – comme cela a été le cas pour David Hamilton – sa présomption d’innocence et sa réputation bafouées; qu’il ne soit pas ignominieusement insulté à la télévision; qu’il ne soit pas pourchassé par des journalistes, ou harcelé téléphoniquement; et qu’il ne devienne pas la cible de la haine aveugle et anonyme des haters et autres « justiciers » autoproclamés du Web.

A propos defensededavidhamilton

On est prié de demander une autorisation explicite et écrite AVANT de republier, sur Internet ou ailleurs, des articles de ce blog. Toute republication effectuée sans autorisation n'a pas notre consentement.
Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Les commentaires anonymes, injurieux, inintéressants ou hors sujet passent directement à la poubelle.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s