Le « suicide » surréaliste de David Hamilton: n’avait-il pas aussi noué une corde autour de son cou, ne s’était-il pas pointé un pistolet à la tempe et n’avait-il pas rempli d’eau la baignoire pour s’y noyer?

Dans le grand délire de contradictions de la presse, les 25 et 26 novembre 2016, on notera ces deux « informations »…

Retrouvé mort avec des médicaments auprès de lui

Retrouvé mort avec un sac de plastique sur la tête

N’avait-il pas aussi noué une corde autour de son cou, ne s’était-il pas pointé un pistolet à la tempe et n’avait-il pas rempli d’eau la baignoire pour s’y noyer?

Un mois avant, David Hamilton avait déclaré publiquement  craindre pour sa vie.

Trois jours avant, aussi, il avait déclaré son intention de porter plainte en diffamation contre ses accusatrices. Certaines d’entre elles, de leur côté, déclaraient à la grande presse « avoir souhaité sa mort« .

Rappelons brièvement (j’en ai parlé dans des dizaines d’articles et dans deux livres) que selon les diverses « sources » médiatiques, d’un journal à l’autre David Hamilton aurait été retrouvé, avec « la porte de son studio ouverte »,

  • « avec un sac sur la tête » / ou « avec des médicaments auprès de lui »;
  • par « un voisin » / ou par « sa femme de ménage » / ou par « une femme de ménage »;
  • à une heure indéterminée dans le récit médiatique, les différents journaux indiquant une fourchette horaire longue de deux ou trois heures.

Rappelons aussi que:

  • l’acte de décès de David Hamilton fut dressé hors délais légaux;
  • qu’il comporte plusieurs erreurs manifestes;
  • et qu’il déclare notamment que (sic) « le jour du décès a été impossible à établir« .

Qu’il suffise enfin de répéter par exemple que, David Hamilton ayant 83 ans, la présence de médicaments à ses côtés ne signifiait pas grand-chose: combien de personnes âgées de 83 ans, à Paris, n’ont-elle pas de médicaments chez elles?

Couverture du livre « David Hamilton suicidé… mais par qui? »

 

L’écrivain Roland Jaccard, dans le journal français Le service littéraire, a recensé mon ouvrage David Hamilton suicidé, mais par qui?, où je dresse la liste des multiples incohérences du récit médiatique formulé au sujet du « suicide » présumé de David Hamilton.

Roland Jaccard dans « Le service littéraire », avril 2018, n° 116.

Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s