HEY BABY ! BABY FLAVIE ET LES PETITES ANGLAISES! Quand la toute jeune Flavie, en vacances au soleil avec sa famille parmi tant de « petites anglaises » qui trouvaient la montagne « beautiful », était traitée de « baby » et présentée à un homme de grand charme au prénom anglais qui avait des « cousines » et faisait surveiller nuit et jour l’éclosion de Flavie, en recommandant carrément d’en « isoler » la « coque »!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

« A nous les petites anglaises » (le film).

« Et, sans faire semblant de m’en être aperçue, je pris de ce côté-là, pensant bien qu’il me verrait et ralentirait son escalade; car il gagnait, avec une agilité superbe, le sommet d’un grand vilain rocher que les petites Anglaises, ses cousines, avaient déclaré beautiful« .

(Flavie)

*

Nous sommes en… Grands Dieux, est-il besoin de préciser d’emblée une date?  Est-il besoin de le préciser puisque l’essentiel est évidemment ici que Flavie, encore toute jeune fille et insouciante, gagna en sagesse grâce à l’irruption dans son existence d’un homme au prénom anglais dont tout, apparemment, aurait dû l’éloigner?

 

Révélation: « Sur quoi, je fus traitée de baby ».

(Flavie)

On connaît certainement cette histoire de la jeune Flavie  en voyage vers des lieux lointains et ensoleillés, accompagnée par sa famille, et à qui les prétendants ne manquaient pas. Voilà un univers où il y avait aussi deux « petites Anglaises » assez jolies, paraît -il, et où on la traite de « baby ». Alors, Flavie – encouragée par son entourage à plaire – décide de prendre tout son temps pour juger celui que le destin lui a présenté. Attention aux prédateurs! Cet homme, disons-le,  avait chargé l’un de ses amis de « surveiller » l’éclosion de Flavie « nuit et jour »! Et carrément d’en « isoler la coque ». Faut-il faire un dessin?

Textuel : « cette Flavie, cette chrysalide dont il l’avait chargé de « surveiller » l’éclosion « nuit et jour », et « d’isoler la coque »…

(Flavie)

« Eclosion d’hier. Je ne vous les décris pas, vous les verrez! »

(Flavie)

Quoi d’autre que l’amour peut révéler les plus profondes vérités sur soi à une jeune fille?
Flavie est un papillon. Elle papillonne.  Et comme  tous les papillons, il lui faudra un jour ou l’autre sortir de sa chrysalide et devenir papillon, non d’un point de vue physique car elle était déjà toute belle et toute fraîche,  mais sous l’aspect (hautement) moral. Et Flavie en sait quelque chose, de morale!

*

Nous venons de résumer l’histoire que raconte le roman Flavie de George Sand, et sa rencontre avec un homme au prénom anglais (Malcolm).

Texte intégral de Flavie ici :

http://www.clpav.fr/SAND/TEXTE/FLAVIE%20de%20George%20Sand.pdf

Toutes les citations ici entre guillemets sont extraites de ce roman d’abord paru sous forme de feuilleton dans « L’univers illustré » n°55 à 61 du 4 juin au 16 juillet 1859, puis chez Hachette 1859 et chez Michel Lévy Frères en 1866, 1870, 1872, 1882.

Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s