Roland Jaccard, Rosebud et l’innocence jamais perdue.

« Rosebud », dans L’Art de jouir de La Mettrie, c’était le clitoris.

Nous allons entrer en décembre, le temps des boules à neige.

Aujourd’hui, article de Roland Jaccard ( https://leblogderolandjaccard.com/2020/11/28/citizen-trump-en-quatrieme-vitesse/  ) sur Orson Welles, Citizen Kane et Donald Trump (« Donald Trump est le Citizen Kane du vingt et unième siècle »). 

Le cinéphile Roland Jaccard énumère donc les films qui l’ont « initié au septième art et affranchi de toute morale. »

Rosebud, c’est le dernier mot de Charles Foster Kane, dans le film. Bouton de rose, lieu mystérieux, prénom ou surnom de femme? Luge?

Roland Jaccard, tout comme David Hamilton, est de ceux qui laisseront au monde leur traduction – personnelle et inimitable – du mot qui n’en restera pas moins à jamais arcanique: Rosebud, qui est à la fois l’innocence à jamais perdue et l’innocence jamais perdue…

Roland Jaccard conclut son article : « Ce que le film annonce, c’est la fin du monde, l’apocalypse nucléaire. Rassurez-vous : elle ne saurait tarder. »

Il ne reste qu’à espérer…

Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s