« Le Monde d’avant », de Roland Jaccard, pour qui voudrait échapper au désert d’ennui d’aujourd’hui

davidhamiltonportrait

David Hamilton.

Le 15 avril 2021, qui approche, David Hamilton aurait eu 88 ans.

Par ailleurs, le lendemain, sortira en librairie Le monde d’avant de Roland Jaccard. Nous serons de ceux qui le liront aussitôt.

DSC09314

Roland Jaccard et Olivier Mathieu, Paris, février 2020

Roland Jaccard vient également de publier trois articles sur son blog.

Le premier, « Le système solaire de la vanité », réunit quelques aphorismes délicieux

( https://leblogderolandjaccard.com/2021/04/05/le-systeme-solaire-de-la-vanite/).

« L’amour de l’échec est un vice pour Sartre. C’est la gloire pour Cioran. D’ailleurs que sommes-nous capables de jouer sur notre orgue de barbarie ? À peine une demi-douzaine de vieilles rengaines. Rien dans la vie ne nous frappe plus que ce simple fait : elle finit. Et tout sera effacé. » (Roland Jaccard).

wi

Ludwig Wittgenstein

Je trouve le deuxième article admirable (https://leblogderolandjaccard.com/2021/04/07/la-profession-de-foi-de-wittgenstein/).

Je cite la conclusion : « Bertrand Russell chercha à dissuader Wittgenstein de vivre seul en Norvège pendant deux ans. « Je lui ai dit, raconte Russell, qu’il ferait sombre et il m’a dit qu’il détestait la lumière. Je lui ai dit qu’il serait seul et il m’a dit qu’il prostituait son esprit en parlant avec des gens intelligents. Je lui ai dit qu’il était fou et il m’a répondu : Dieu me garde de la santé mentale. » Tout Wittgenstein est là. »

manifeste

Le troisième article, le plus récent, concerne les prises de position contre l’euthanasie de Michel Thomas, dit Houellebecq (qui fut mon collègue à la Nouvelle Revue de Paris, où je l’avais d’ailleurs précédé), et qui – c’est mon avis depuis longtemps – est un écrivain extrêmement surévalué, qui a simplement brillamment réussi une opération de publicité, de marketing littéraire.

En ces temps d’ordre sanitaire, tout particulièrement, comment ne pas donner raison à Roland Jaccard, quelle valeur est supérieure au respect de nos propres décisions?

« Est- il bien nécessaire d’interner dans des hôpitaux psychiatriques ceux qui ont une prédilection pour la mort, de leur donner des électrochocs et des sédatifs pour leur enlever cette fâcheuse idée que les menus plaisirs de l’existence méritent qu’on en jouisse ad nauseam, comme le préconise Houllebecq, dérobant par là-même à l’être humain la seule valeur spirituelle dont il a besoin pour vivre une vie pleine de sens ou pour mourir d’une mort pleine de sens, elle aussi : le respect de ses propres décisions ? » (Roland Jaccard)

A part cela, la vie est très souvent, comme ne savait que trop Baudelaire, « une oasis d’horreur dans un désert d’ennui ».

Reste à attendre le 16 avril pour que revienne un peu de temps d’avant. Encore un rien de patience…

elignylctrice

Une lectrice, à la piscine Deligny. Qui sait ce qu’elle lisait?

Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s