Roland Jaccard, l’amoureux du suicide

Une très jolie et très émouvante photographie de Roland Jaccard (photo empruntée au blog de Roland Jaccard)

Il y a deux sortes de suicidaires: ceux qui meurent par suicide et ceux qui, après en avoir rêvé toute leur vie, meurent de maladie, d’accident ou de vieillesse. Rendre leur suicide effectif interdirait ensuite à ceux-là d’y songer, ce qui ôterait son seul vrai goût à la vie.

Tout cela est évident pour qui a pensé sa mort et, accessoirement, lu les quelques livres qui méritent qu’on les lise. Généralement ce qui, ou qui empêche à un suicidaire de se suicider est aussi qui, ou ce qui l’y pousse.

C’est plus ou moins cela qu’écrit Patrick Besson dans un tout récent article (Le Point, 6 mai 2021) intitulé (une allusion à Roger Nimier?) « Histoire d’un amour », article consacré à Roland Jaccard et à son Monde d’avant, et où est même cité Matzneff.

A relire aussi : https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2021/04/15/le-monde-davant-quand-roland-jaccard-joue-a-cache-cache-avec-le-temps/

Cet article a été publié dans David Hamilton. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s