Archives de catégorie : David Hamilton

Mon coeur sur l’échiquier (le petit joueur d’échecs): le plus beau roman d’Olivier Mathieu?

Au sujet de MON COEUR SUR L’ECHIQUIER. A.C. est universitaire (Université de Florence), n’a pas encore quarante ans et a écrit, en italien, ce petit article – ici traduit en français. * Ce qui est bien avec Olivier Mathieu, c’est … Lire la suite

Publié dans David Hamilton | Laisser un commentaire

« Voyage en Arromanches » lu par Jean-Francois Chassaing.

J’ai publié en 2010 un roman, Voyage en Arromanches. D’une certaine façon, c’est un roman david-hamiltonien. Un roman d’amour. Un roman d’innocence. Ou encore, ne serait-ce que parce qu’il se déroule pendant les années 1970. Pour maintes raisons, et notamment … Lire la suite

Publié dans David Hamilton | Laisser un commentaire

Les annonceurs de catastrophes, les petits malins enrichis par le coronavirus, les scientifiques à la mords-moi le noeud, le tragique manque de curiosité du monde moderne et l’excellence de mon dernier roman en date

 Le « coronavirus », pour l’heure, se fait de plus en plus discret. (Les plumitifs de la grande (hihihi) presse, eux, continuent à cogner sur leurs tambours pour mieux terroriser les peuples. On annonce sa recrudescence du « coronavirus » en Asie, ou en … Lire la suite

Publié dans David Hamilton | Laisser un commentaire

« Mon coeur sur l’échiquier » – ou le petit joueur d’échecs – est paru

Je viens d’apprendre que mon livre Mon coeur sur l’échiquier (roman, 120 pages, 11 chapitres, 19 illustrations internes, couverture en couleurs, numéro ISBN) sort demain matin. C’est la suite de Dans le ciel. C’est, je crois, la troisième fois que … Lire la suite

Publié dans David Hamilton | Laisser un commentaire

Masques à coronavirus, muselières et oeillères

« Quand on aura obtenu la censure pour un quart de siècle ou pour un demi-siècle, on ne fera pas tant de compliments, et l’on resserrera la muselière. » (Chateaubriand, Les amis de la Liberté de la Presse, Marche et effets de … Lire la suite

Publié dans David Hamilton | Laisser un commentaire

Roland Jaccard, l’ontologie du ping pong et les ragots de concierges des nabots germanopratins

Alain Zannini, que je flatterai sans doute ici en l’appelant Marc-Edouard Nabe puisque c’est sous ce nom qu’il  a publié quelques livres (le premier était relativement intéressant; les autres, à mon avis, de plus en plus insignifiants; et certains complètement … Lire la suite

Publié dans David Hamilton | Laisser un commentaire

En ces temps de « Coronavirus » : STOP A LA TOUX

L’un des plus grands crimes que je connaisse, un crime contre la musicalité, a été commis par tous les gens qui, pendant les concerts des plus grands interprètes du vingtième siècle, ont toussé. Que ce soit le concert (Vienne, 1987) … Lire la suite

Publié dans David Hamilton | Laisser un commentaire